Santé – Sciences

Champignons : la faculté de Pharmacie de Poitiers vous apprend à repérer les bons

Par Fanny Bouvard, France Bleu Poitou dimanche 8 octobre 2017 à 8:18

L'exposition de champignons frais a lieu chaque mardi à la faculté de pharmacie de Poitiers.
L'exposition de champignons frais a lieu chaque mardi à la faculté de pharmacie de Poitiers. © Radio France - Fanny Bouvard

Pour apprendre aux amateurs de champignons à se former et à éviter de déguster une espèce toxique, la faculté de Médecine et de Pharmacie de Poitiers, organise une exposition pendant tous le mois d'octobre.

La saison des champignons a débuté depuis une dizaine de jours dans les forêts du Poitou. Jusqu'au 27 octobre, la faculté de Médecine et de Pharmacie de Poitiers en profite pour organiser une exposition ouverte au grand public, dans sa bibliothèque universitaire. Avec chaque mardi après-midi, la présentation de champignons frais, cueillis par des professeurs et des mycologues dans les jours précédents. Objectif : apprendre à différencier les toxiques et comestibles.

"Sur 2.600 espèces de champignons dans le Poitou, seule une centaine valent les honneurs de la casserole !" Raphaël Hervé, de la Société Mycologique du Poitou.

Une amanite tue-mouche cueillie près de Poitiers. - Radio France
Une amanite tue-mouche cueillie près de Poitiers. © Radio France - Fanny Bouvard

Difficile de faire la différence entre deux petits champignons blancs à chapeau. Mais pas pour Stéphanie Pain, professeur à l'université de Pharmacie et toxicologue, et Raphaël Hervé, président de la Société Mycologique du Poitou. Ils participent tous les deux aux ateliers du mardi après-midi. "Dans les jours précédents, on ramasse les champignons dans les forêts de Moulière, de Saint-Savin et de Vivonne, notamment, explique Stéphanie Pain. Pour la première journée, on en a déjà entre 80 et 90 espèces." Les visiteurs et les étudiants de médecines peuvent ensuite poser leur question.

Attention aux faux-amis

"Il y a encore beaucoup de méconnaissance sur les champignons, souligne Raphaël Hervé. Nous on est vraiment passionné, on les regarde sous toutes les coutures". Mais les deux spécialistes le savent, l'exercice n'est pas facile pour les néophyte. "Une confusion est si vite arrivée, ajoute Stéphanie Pain. On peut apprendre à les différencier, mais aussi montrer sa cueillette à un pharmacien ou un mycologue."

Stéphanie Pain, professeur à l'université, et Raphaël Hervé, président de la Société Mycologique du Poitou. - Radio France
Stéphanie Pain, professeur à l'université, et Raphaël Hervé, président de la Société Mycologique du Poitou. © Radio France - Fanny Bouvard