Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les rues de Strasbourg sillonnées par la police

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Santé – Sciences

Château-Gontier : après des années de recherche, une gynécologue, qui part à la retraite, a enfin trouvé un successeur

samedi 6 janvier 2018 à 11:45 Par Germain Treille et Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne

C'est un soulagement pour des milliers de patientes qui habitent la région de Château-Gontier. La gynécologue Bernadette Perrot, qui va prendre sa retraite en mai, a trouvé son remplaçant. Reportage de Charlotte Coutard.

Le docteur Dirk Borgwardt, un gynécologue Allemand, va remplacer le docteur Bernadette Perrot, qui part à la retraite.
Le docteur Dirk Borgwardt, un gynécologue Allemand, va remplacer le docteur Bernadette Perrot, qui part à la retraite. © Radio France - Charlotte Coutard

Château-Gontier, France

Cela faisait 5 ans qu'elle cherchait un remplaçant, et elle a enfin trouvé ! Le docteur Bernadette Perrot, 70 ans, gynécologue à Château-Gontier, arrêtera son activité en mai prochain après 32 ans de rendez-vous et de pratique. 

Une petite annonce sur le Bon Coin

Plusieurs années infructueuses donc pour trouver un successeur. Elle avait même posté un message sur le site "Le Bon Coin". Un appel que France Bleu Mayenne avait relayé. La presse locale et nationale également. Une petite annonce qu'a découvert un médecin allemand, Dirk Borgwardt. Tout s'est concrétisé à l'automne. Il vient de s'installer en Mayenne. 

"Vivre en France était un rêve" - Dirk Borgwardt

"Avec mon épouse, nous voulions changer de vie. Vivre en France était un rêve. Ici la vie est très agréable. C'est une chance pour ma femme et moi. _Je suis très heureux_", sourit le nouveau gynécologue de Château-Gontier. 

"Les femmes sont très gentilles et très patientes avec moi", ajoute Dirk Borgwart, dont le Français est encore hésitant, et qui ne maîtrise pas toutes les subtilités de l'administration Française et de la sécurité sociale. Le couple a emménagé en novembre, et suit des cours de Français.

Les deux gynécologues vont travailler ensemble pendant cinq mois. - Radio France
Les deux gynécologues vont travailler ensemble pendant cinq mois. © Radio France - Charlotte Coutard

Une transition en douceur

D'ici cinq mois, Dirk Borgwart va donc reprendre le cabinet, et Bernadette Perrot va pouvoir partir à la retraite l'esprit tranquille. "C'est sa femme qui m'a contactée la première fois. Elle m'a dit qu'il cherchait un poste en France, j'étais très heureuse. Elle m'a envoyée son CV. J'ai contacté le Conseil de l'Ordre. Et on a mis tout en oeuvre pour son arrivée", raconte la future retraitée.

"Mes patientes me faisaient confiance et je ne pouvais pas partir en les abandonnant", Bernadette Perrot

"Je me sens soulagée et je vais pouvoir profiter de ma retraite. Je pense que ma retraite aurait été gâchée si je n'avais pas trouvé quelqu'un pour pouvoir assurer la continuité des soins. Je ne pouvais pas partir en abandonnant mes patientes"

Ce cabinet de gynécologie traite 15.000 dossiers. 

Bernadette Perrot cherche un remplaçant depuis plusieurs années. Et elle a enfin trouvé un remplaçant venu d'Allemagne.

Les deux plaques vont se côtoyer pendant cinq mois. - Radio France
Les deux plaques vont se côtoyer pendant cinq mois. © Radio France - Charlotte Coutard

Sept gynécologues de moins en 8 ans

Si tout va bien, il y aura un deuxième nouveau gynécologue à Château-Gontier. Une gynécologue tunisienne, qui viendra travailler avec le docteur Borgwart. Mais il faut encore qu'elle valide une équivalence de son diplôme, à l'automne prochain, avant de pouvoir s'installer en Mayenne.

Le département compte seulement trois gynécologues libéraux, une à Laval, une à Mayenne et un à Château-Gontier, contre 10 il y a 8 ans. L'année dernière, deux gynécologues sont partis à la retraite à Laval sans être remplacés.