Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La santé : un enjeu électoral 2017

Château-Renault va bientôt avoir sa maison médicale

vendredi 12 mai 2017 à 18:26 Par Maxime Bacquié, France Bleu Touraine

Alors qu'en 2012 la Région Centre-Val-de-Loire se fixait l'objectif de construire 100 maisons de santé d'ici 2020, plus que dans n'importe quelle autre région, la première pierre du 73e projet a été posée ce vendredi à Château-Renault, commune touchée par la désertification médicale.

C'est sur ce site que la maison de santé de Château-Renault doit voir le jour d'ici 2018.
C'est sur ce site que la maison de santé de Château-Renault doit voir le jour d'ici 2018. © Radio France - Maxime Bacquié

Château-Renault, France

L'ouverture est prévue pour le premier trimestre 2018. Dans moins d'un an, 18 professionnels de santé seront regroupés dans cette maison de santé, qui va coûter un peu plus de deux millions d'euros aux collectivités locales et à l'État. Les élus ont posé ce vendredi la première pierre de ce projet, à Chateau-Renault, une commune d'Indre-et-Loire de 5.000 habitants, durement touchée par la désertification médicale. Depuis 10 ans, aucun médecin ne s'est installé dans la commune.

"C'est fini le médecin de campagne disponible 7 jours sur 7, les jeunes médecins veulent concilier vie professionnelle et vie familiale"

"Aujourd'hui, les jeunes médecins ne veulent plus être isolés, c'est fini le médecin de campagne, disponible 7 jours sur 7. Les jeunes qui s'installent veulent concilier vie professionnelle et vie familiale, ils souhaitent se sentir épauler, la mutualisation permet cela," affirme Anne Leclerc, vice-présidente de la région Centre-Val-de-Loire, en charge de la santé. Claude Greff, députée de la 2e circonscription d'Indre-et-Loire, où se situe Château-Renault, voit un autre avantage à ces maisons de santé. "La politique de santé a évolué, aujourd'hui on garde de moins en moins les patients à l'hôpital, et donc il faut développer l'ambulatoire, et pour cela, il faut regrouper l'offre de soin."

Déshabiller Pierre et Paul pour habiller Jacques ?

Pour autant, à trop regrouper les professionnels sur une seule et même commune, dans un bassin de population, ne risque-t-ton pas de déshabiller Pierre et Paul pour seulement habiller Jacques, et donc de creuser les différences entre le chef-lieu d'un canton et les autres communes autours ? Ce n'est pas l'avis d'Anne Leclerc. "Évidemment le médecin n'est plus sur le pas de la porte, mais les citoyens sont déjà habitués à se rendre dans la commune phare du canton, pour faire leur courses. A nous de développer les moyens de transport nécessaires pour permettre à tout le monde de venir facilement se faire soigner." "Les élus doivent veiller de toute façon à trouver le bon équilibre sur l'offre de santé sur un territoire, ce n'est pas forcément le chef-lieu qui doit tout centraliser" renchérit Claude Greff.

Objectif 100 maisons médicales d'ici 2020 en Centre-Val-de-Loire

Les habitants, eux, voient d'un bon œil l'arrivée de cette maison de santé. "Aujourd'hui je suis obligée d'aller sur Amboise ou sur Tours pour des soins d'orthodontie ou pour aller chez le gynécologue. On espère que cette maison médicale va attirer encore d'autres professionnels." C'est le 73e projet de maison médicale lancé depuis 2012 dans la région Centre-Val-de-Loire, qui s'est fixé l'objectif d'atteindre 100 d'ici 2020. "Et nous y arriverons," assure Anne Leclerc.

  - Aucun(e)
-

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.