Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Cherbourg : un taux d'amiante dans l'air supérieur aux normes découvert dans un bâtiment de Naval Group

-
Par , France Bleu Cotentin, France Bleu

Un taux d'amiante dans l'air supérieur à la limite légale a été découvert ce mardi matin dans un bâtiment du constructeur Naval Group à Cherbourg. Il a été fermé. Entre 40 et 50 salariés ont pu être exposés à cette pollution.

Entre 40 et 50 salariés sont concernés par cette pollution
Entre 40 et 50 salariés sont concernés par cette pollution © Maxppp - Thomas Brégardis

Cherbourg, France

Depuis ce mardi matin, un bâtiment de stockage au cœur du site de Naval Group à Cherbourg est fermé. Les derniers relevés de l'APAVE, une société indépendante, font d'état d'un taux d'amiante dans l'air supérieur aux normes. Elles ont été réalisées les 16 et 17 octobre.

Le porte-parole du groupe, Ludovic Colin, se veut rassurant : "Ce taux n'est que légèrement supérieur. Il est de 5,4 fibres d'amiante par litre d'air, alors que la norme est à 5." La direction soupçonne de récents travaux réalisés sur l'infrastructure du bâtiment qui ont pu libérer les poussières d'amiante contenues dans le toit en fibrociment.

Le dernier relevé remonte au mois de mars. "Potentiellement, des salariés ont été exposés continuellement entre les deux mesures. La question qui se pose : pourquoi on fait le choix d'exploiter un bâtiment qui peut contaminer du personnel à l'amiante ?", s'interroge Vincent Hurel, secrétaire général de la CGT du site.

Entre 40 et 50 salariés sont concernés

Entre 40 et 50 salariés ont travaillé dans ce bâtiment. "La santé de nos collaborateurs est une priorité du groupe", réplique la direction. La médecine du travail a été alertée. Naval Group attend de nouvelles mesures pour confirmer ces relevés et une analyse interne pour en déterminer la cause.

Le syndicat exige la rénovation de tous les bâtiments actuellement surveillé pour l'amiante. "Nous sommes de toutes manières engagés dans une politique de rénovation du site", explique Ludovic Colin. "Cela prend du temps, car chaque chantier exige la mise en place de protocoles."

La CGT demande un suivi médical des salariés. "Il est encore trop tôt, l'heure est d'abord à l'approfondissement", répond le porte-parole. "Mais bien sûr, nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour assurer la santé des salariés."

Choix de la station

France Bleu