Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 100 euros pour les étudiants boursiers pour souscrire à une mutuelle en PACA

-
Par , France Bleu Vaucluse

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur offre 100 euros aux étudiants boursiers, s'ils souscrivent à une complémentaire santé. Elle souhaite qu'ils se soignent mieux, dans un contexte de crise économique et sanitaire. Ces derniers mois, les étudiants ont souvent renoncé à aller chez le médecin.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Luc Nobout

Les étudiants boursiers peuvent prétendre à une aide de 100 euros, à condition qu'ils souscrivent à une mutuelle de santé. C'est la région Provence-Alpes-Côte d'Azur qui débloque cette somme pour inciter ces étudiants à ne pas négliger leur santé. Ce dispositif s'appelle le Pass Santé. Ils ont le choix entre les trois complémentaires qui fonctionnent ici : Heyme, la MGEN et la LMDE. La formule la moins chère coûte 10 euros par mois. Cela veut dire que le coup de pouce de la région couvre l'intégralité de l'année scolaire. 

Le renoncement aux soins des étudiants 

Peuvent en bénéficier tous les étudiants, qu'ils reçoivent une bourse de l'Etat ou de la région, dès l'échelon zéro. Ne sont pas concernés en revanche, ceux qui bénéficient d'une mutuelle parentale ou de la CMU, la couverture maladie universelle. L'idée, c'est de les inciter à se soigner alors qu'ils y renoncent souvent faute d'argent.

Il y a fort à parier que la crise économique qu'on traverse va aggraver le phénomène, alors que de nombreux étudiants n'ont pas pu travailler cet été et ne trouveront pas de petit boulot en parallèle de leurs cours. 

Dans ces conditions, entre remplir le frigo et aller chez le dentiste, le choix sera vite fait. Surtout que comme chaque année, les syndicats étudiants constatent une augmentation du coût de la rentrée, 3% d'après la FAGE, soit deux fois plus que les bourses. La santé des étudiants a déjà été fragilisée pendant le confinement, entre renoncement aux soins et angoisse psychologique pour l'avenir. Une enquête IPSOS révèle que 74% des étudiants ont été en difficulté financière ces trois derniers mois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess