Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 28% des assurés vauclusiens ont déjà renoncé à se soigner

mercredi 10 avril 2019 à 6:36 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Ils sont hors des radars de la Sécurité sociale : 28% des Vauclusiens ont déjà renoncé à se soigner. Trop cher, trop complexe, trop loin. L'Assurance maladie tente de les détecter, et s'ils le souhaitent, de les aider à retourner chez le médecin.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Pierrick DELOBELLE

Département Vaucluse, France

Avez-vous déjà renoncé à vous soigner ? À cette question, 28% des assurés vauclusiens répondent oui. Soit presque un tiers de la population. En France, pays de la Sécurité sociale, c'est même 30%. Un tas de raison explique ce renoncement aux soins. D'abord, le système de soins français reste pour certains difficile à comprendre : trop de paperasse, trop de couches administratives, sans oublier le fait de passer par son généraliste pour obtenir un rendez-vous chez un spécialiste. 

Autre raison : malgré une prise en charge que de nombreux pays nous envient, la santé coûte cher. Entre le reste à charge, le coût des mutuelles et l'avance des frais, se soigner n'est pas forcément gratuit. Par ailleurs, les nombreux déserts médicaux qui s'étendent sur notre territoire n'arrangent rien. Quand un cabinet est trop éloigné de son domicile, on renonce parfois à y aller.   

Un public précaire 

L'Assurance maladie de Vaucluse teste donc depuis 2017 un dispositif pour détecter ces personnes qui renoncent aux soins. Elle a donc une idée assez précise de leur profil. Il s'agit dans la grande majorité de femmes, hors des radars de la Sécurité sociale car leur propre santé n'existe plus : pas le temps, pas l'argent et la santé de leurs enfants passe souvent en premier. Beaucoup de personnes seules, isolées renoncent également à se soigner. Dans la moitié des cas, il s'agit d'hommes ou de femmes sans activité.