Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chinon : l'hôpital est dans le rouge et prévoit plus de 8 millions d'euros de déficit

-
Par , France Bleu Touraine

À Chinon, l'hôpital est dans le rouge à cause du Covid-19 et plus particulièrement du confinement. Pendant cette période, il y a eu moins d'actes à réaliser, donc forcément moins de recettes rentrées. Mais les dépenses liées au virus sont aussi là. Elles représentent plus d'un million d'euros.

Illustration. Le déficit prévue par l'hôpital est aussi élevé à cause du Covid-19.
Illustration. Le déficit prévue par l'hôpital est aussi élevé à cause du Covid-19. © Radio France - Boris Compain

L'hôpital de Chinon voit rouge à cause du Coronavirus et de la crise sanitaire qui en a découlé. L'établissement de santé prévoit 8,3 millions d'euros de déficit pour l'année 2020. Un tel déficit représente plus de 10% du budget de fonctionnement annuel qui s'élève à 70 millions d'euros.

Le confinement a été l'un des facteurs à l'origine de cette situation selon Jean-Luc Dupont, le maire de Chinon et président du conseil de surveillance de l'hôpital de Chinon. Selon lui, il y a deux raisons à ce déficit. La première concerne les charges plus élevées liées au personnel et la seconde fait référence à la tarification à l'activité, la T2A. C'est un mode de fonctionnement pour les hôpitaux, mis en place en 2008 et qui permet aux hôpitaux d'être rémunérés à chaque acte réalisé, et non plus grâce à une dotation globale. 

Jean-Luc Dupont : "Le Covid ne fait qu'exacerber cette tendance mais c'est une problématique plus durable et qui est plutôt liée à la tarification à l'acte."

Alexandre Robert, délégué syndical Force ouvrière emboîte le pas. Pour lui, cet établissement qui emploie 1.400 personnes à l'année, accuse le coup et la Covid n'a fait que mettre en lumière les difficultés d'avant-crise.

Alexandre Robert : "On a mis un peu plus de personnel dans les services et on a fait des heures supplémentaires."

Jean-Luc Dupont, comme Alexandre Robert, pointent de concert la prime-Covid qui représente 600.000 euros pour l'hôpital de Chinon et qui, selon le président du conseil de surveillance de l'hôpital, n'a pas "été compensée par l'État, c'est pourquoi il faut que l'Agence régionale de sante (ARS) et le ministère de la Santé nous aident à prendre en charge ces dépenses qui n'étaient pas prévues dans le budget initial."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess