Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : seuil de vigilance dépassé, le masque bientôt obligatoire dans des lieux publics ouverts de Nice

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Le maire de Nice demande au préfet d'étendre l'obligation du port du masque à certains lieux publics ouverts de la ville, sans quoi il prendra un arrêté municipal. Le seuil de vigilance a été dépassé dans les Alpes-Maritimes, avec 10,28 nouvelles infections pour 100.000 habitants en une semaine.

Certains lieux publics ouverts imposent déjà le port du masque
Certains lieux publics ouverts imposent déjà le port du masque © Radio France - Aurélien Accart

Après Lille, Bayonne, Biarritz, Orléans ou Saint-Malo, Christian Estrosi demande l'extension de l'obligation du port du masque à certains lieux publics ouverts de Nice. 

Il s'appuie sur la décision, ce vendredi, du ministre de la Santé, Olivier Véran, d'autoriser les préfets à prendre des décisions en ce sens localement, en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire. 

Le peu de respect des règles de distanciation sociale dans certains quartiers touristiques de la ville inquiète le maire de Nice. "Sur certains périmètres, où nous voyons qu'il y a une certaine sensibilité, où je vois qu'il y a beaucoup trop de proximité, je demande au préfet des Alpes-Maritimes de prendre un arrêté d'obligation du port du masque.", explique Christian Estrosi.

"Par exemple sur les Ponchettes, le périmètre du quai des États-Unis, du Vieux-Nice..."

Si le préfet, Bernard Gonzalez, ne suivait pas sa demande, le maire de Nice annonce qu'il prendra lui-même un arrêté municipal.Celui-ci entrerait en vigueur dès lundi matin. "Malheureusement ce ne serait pas le même tarif, ce ne serait que 35 euros" d'amende, alors qu'elle serait portée à 135 euros en cas d'arrêté préfectoral.

La préfecture des Alpes-Maritimes indique que le travail a commencé avec les maires du département pour "cibler les zones où les flux de circulations sont les plus importants" et déterminer les mesures à prendre. Il sera "mené rapidement de manière à limiter les risques de contamination dans un département accueillant d'importants flux touristiques pendant la période estivale".

Le taux d'incidence dépasse le seuil de vigilance dans les Alpes-Maritimes

Selon le dernier bilan épidémiologique de Santé Publique France, le taux d'incidence est en augmentation dans les Alpes-Maritimes pour la semaine du 20 au 26 juillet. Il correspond au nombre de personnes infectées sur une semaine sur 100 000 habitants. Il est de 10,28 pour la semaine 30, alors qu'il n'était que de 4,17 la semaine précédente.

Le seuil de vigilance est donc franchi, comme dans 18 autres départements de France métropolitaine, dont les Bouches-du-Rhône. Cela n'est pas forcément alarmant, car plusieurs facteurs peuvent cependant expliquer cette augmentation, comme la politique de tests pratiquée par les pouvoirs publics, plus ou moins larges, ou les populations visées par ces tests. 

Autre chiffre en augmentation à l'échelle cette fois de la région, le taux de reproduction, qui estime le nombre de personnes contaminées par un porteur du virus. En-deçà de 1, la propagation du virus est en recul. Au-delà, elle progresse. Ainsi, en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, ce taux "R" était de 1,44 au 28 juillet, contre 1,08 une semaine plus tôt. Néanmoins, le nombre d'hospitalisations reste stable dans la région.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess