Santé – Sciences

CHRU de Nancy : les infirmiers de blocs en grève contre le travail en trois-huit

Par Isabelle Baudriller, France Bleu Sud Lorraine mardi 19 septembre 2017 à 18:19

Des infirmiers mobilisés contre le projet de la direction de les faire travailler en trois-huit
Des infirmiers mobilisés contre le projet de la direction de les faire travailler en trois-huit © Radio France - Isabelle Baudriller

Les infirmiers des blocs opératoires du CHRU de Nancy ont entamé ce mardi 19 septembre une grève. Un mouvement de 48 heures à l'appel de la CGT et de la CFDT pour dénoncer un projet de réorganisation du travail en trois-huit.

A l'Hôpital Central de Nancy, des interventions chirurgicales ont dû être déprogrammées ce mardi 19 septembre en raison d'un mouvement de grève des infirmiers de blocs. Une centaine d'infirmiers et infirmières se sont rassemblés en scandant "Non aux trois-huit !" sous les fenêtres de la direction. Cornes de brumes, banderoles, sit-in à la mi-journée place des Vosges. Plusieurs tentes étaient même dressées dans la cour d'honneur de l'hôpital dans la perspective de passer la nuit sur place.

"Rien ne va plus" selon les infirmiers grévistes - Radio France
"Rien ne va plus" selon les infirmiers grévistes © Radio France - Isabelle Baudriller

Le mouvement de grève est lancé par la CGT et la CFDT pour 48 heures. En cause : le projet de la direction de réorganiser les interventions orthopédiques. Elle souhaite réserver une salle d'opération aux seules urgences de l'appareil locomoteur avec une équipe immédiatement disponible, qui travaillerait en trois-huit. "Aujourd'hui, nous fonctionnons soit sur de l'astreinte, c'est-à-dire du rappel de personnel soit sur de la déprogrammation des opérations prévues pendant la journée", explique Francis Bruneau, directeur général adjoint du CHRU de Nancy. "Cela occasionne, le jour, un inconfort pour le patient qui s'est organisé pour pouvoir être opéré ce jour-là. La nuit, il faut rappeler du personnel qui doit revenir de chez lui avec les délais inhérents."

Notre proposition, c'est de dédier une salle à la prise en charge de ces urgences, on réduit ainsi les délais et on a une équipe opérationnelle et disponible" - Francis Bruneau, directeur général adjoint du CHRU de Nancy

Entrée de l'Hôpital Central bloquée, cornes de brume, sit-in : les infirmiers de bloc ont voulu se faire entendre - Radio France
Entrée de l'Hôpital Central bloquée, cornes de brume, sit-in : les infirmiers de bloc ont voulu se faire entendre © Radio France - Isabelle Baudriller

Une meilleure prise en charge des patients : les infirmiers de bloc n'y sont pas opposés. Mais ils soulignent qu'avec le travail en trois-huit, ils n'auront plus droit aux heures supplémentaires qui s'appliquent actuellement en cas d'astreintes. Pour eux, la réorganisation qu'envisage la direction vise surtout à faire des économies au détriment des conditions de travail des infirmiers. "Le projet est une bonne idée mais ne doit pas passer forcément par la mise en place des trois-huit", selon Christophe Jacquot, infirmier anesthésiste depuis 15 ans.

On peut très bien optimiser l'accueil des patients sans pour autant accroître la pénibilité du travail, la souffrance au travail et donc accentuer la difficulté de prise en charge des patients" - Christophe Jacquot, infirmier anesthésiste

La direction assure que dix postes seront créés. Les syndicats redoutent une généralisation du travail en trois-huit dans tous les blocs opératoires du CHRU.