Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

CHU de Bordeaux : le syndicat Sud santé demande la délocalisation du centre de vaccination de Pellegrin

-
Par , France Bleu Gironde

Dans un courrier adressé à la direction du CHU de Bordeaux, à la mairie et à l'Agence régionale de santé, le syndicat Sud santé demande la délocalisation, au moins partielle, du centre de vaccination anti-covid du site de Pellegrin. Il dénonce une sur-fréquentation et des problèmes de stationnement.

Deux centres de vaccination ont ouvert sur le site du CHU de Bordeaux à Pellegrin.
Deux centres de vaccination ont ouvert sur le site du CHU de Bordeaux à Pellegrin. © Radio France - Bastien Munch

Cela ne fait pas encore une semaine que les deux centres de vaccination du CHU de Bordeaux à Pellegrin sont ouverts aux personnes de plus de 75 ans ou ayant des pathologies lourdes, mais déjà leur fonctionnement est contesté. Le syndicat Sud santé indique vendredi 22 janvier avoir envoyé une lettre à la direction du CHU de Bordeaux, à la mairie et à l'Agence régionale de santé pour demander la délocalisation d'une partie de ce centre vers un lieu externe à l'hôpital. Il affirme que la fréquentation record de ces centres crée des problèmes de stationnement, d'agressivité et de sécurité pour les personnels de l'hôpital.

Alors que quinze centres de vaccination sont ouverts en Gironde, "le site de Pellegrin est déjà saturé", déplore Gilbert Mouden, délégué syndical Sud santé. "Les soignants ne peuvent plus stationner, ils arrivent à 11 heures pour embaucher à 13 heures", explique-t-il. "Les véhicules du CHU qui livrent le linge ou certains médicaments n'ont plus de place. L'hôpital ne peut pas tout gérer en interne", affirme le syndicaliste, tout en appelant à mettre en place "des centres délocalisés en extérieur, par exemple au palais des Congrès ou au Parc des expositions".

L'ARS adresse une fin de non recevoir

Mais l'idée a rapidement été enterrée par l'Agence régionale de santé. "De mon point de vue, c'est presque une proposition que je trouve choquante", explique Olivier Serre, directeur de la délégation Gironde de l'ARS. "Cela voudrait dire que le CHU de Bordeaux ne serait accessible qu'à certains, alors même qu'il a une mission de service public. Tout le monde doit pouvoir y accéder." 

Selon Olivier Serre, la direction du CHU a pris toutes les dispositions pour accueillir ce flux de nouveaux patients. "L'hôpital a fait tout le nécessaire pour privilégier les transports en commun avec une communication qui a été renforcée, et une signalétique pour mieux orienter les personnes et les véhicules sur le site de Pellegrin", détaille-t-il. La fréquentation des deux centres de vaccination de Pellegrin devrait de toute façon diminuer dans les prochaines semaines, avec l'ouverture de deux vaccinodromes municipaux début février.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess