Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

CHU de Montpellier : face à la charge croissante de patients, le personnel obtient des moyens supplémentaires

lundi 16 juillet 2018 à 17:21 Par Sarah Mansoura, France Bleu Hérault

Le personnel des urgences de Lapeyronie et de Gui de Chauliac a levé dès ce lundi matin son préavis de grève illimitée. Les syndicats dénonçaient un manque d'effectif et des locaux inadaptés. Ils ont obtenu des garanties écrites pour des moyens supplémentaires.

Le personnel du CHU de Montpellier (ici, les urgences de Lapeyronie) étaient en discussion avec la direction depuis novembre 2017.
Le personnel du CHU de Montpellier (ici, les urgences de Lapeyronie) étaient en discussion avec la direction depuis novembre 2017. © Radio France - Sarah Mansoura

Montpellier, France

Le conflit social se résout avant même de commencer au CHU de Montpellier. Le personnel des urgences de Lapeyronie et de Gui de Chauliac a levé dès ce lundi matin son préavis de grève illimitée. 

Des services d'urgences de plus en plus surchargés

Le personnel et les organisations syndicales, CGT et FO en tête, dénonçaient un manque d'effectif, alors que la population augmente, et des locaux inadaptés. Ils ont obtenu des garanties sur des moyens et des travaux d'agrandissement promis par la direction, notamment une extension de près de 500 mètres carrés des urgences. Les travaux devraient être réalisés d'ici 3 ans.  

Le personnel a obtenu, dès le mois de juin, un nouveau poste de brancardier. - Radio France
Le personnel a obtenu, dès le mois de juin, un nouveau poste de brancardier. © Radio France - Sarah Mansoura

La fréquentation des urgences augmente, au point d'atteindre un point de tension. Selon la direction de l'hôpital, 122.250 passages aux urgences ont été enregistrés l'année dernière, en 2017. Le CHU de Montpellier est le seul service d'urgence de l'Hérault à pouvoir accueillir des patients 24 heures sur 24 et tous les jours de l'année. 

Dix mois de discussions entre personnel et direction

Depuis novembre dernier, le personnel et la direction ont planché sur différents groupes de travail, pour faire émerger des idées, des solutions. L'occasion pour le personnel de faire remonter leur expérience du terrain, et leurs griefs. "Consacrer trois minutes à un patient pour l'interroger, savoir ses antécédents, ses douleurs, ses traitements, comprendre ce qui ne va pas, ce n'est pas possible. On est maltraitants malgré nous, ça, on ne l'accepte pas", s'indigne Fabien, infirmer depuis quinze ans à Lapeyronie.

"On est maltraitants malgré nous." - Fabien, infirmier

"Notre revendication c'était de pouvoir bénéficier de personnel en plus pour pouvoir accueillir les gens"

Les groupes de travail, et le préavis de grève lancé jeudi dernier ont permis de formaliser la création de quatre postes : un poste d'infirmer d'accueil et d'orientation, ainsi que trois postes supplémentaires de secrétaire médicale. Selon les syndicats, pour obtenir ces engagements écrits, il a fallu taper du poing sur la table. Luc Maurel, secrétaire FO au CHU de Montpellier. Il regrette d'avoir dû lancer un préavis de grève pour débloquer la situation.  "C'est un peu du gâchis", lâche-t-il.

Infirmiers, aides-soignants, médecins se sont mobilisés pour obtenir la création de postes supplémentaires, notamment en vue d'une période estivale chargée. - Radio France
Infirmiers, aides-soignants, médecins se sont mobilisés pour obtenir la création de postes supplémentaires, notamment en vue d'une période estivale chargée. © Radio France - Sarah Mansoura

Pour Julie Durand, directrice de la communication du CHU de Montpellier, aucun lien entre le préavis et l'aboutissement des discussions. Les groupes de travail planchent depuis novembre dernier pour trouver des solutions, et forcément cela prend du temps : "C'est un travail entamé depuis plusieurs mois, et qui va se poursuivre", insiste-t-elle.