Santé – Sciences

CHU de Nantes : 2016, bonne année pour la direction, pas pour la CGT

Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan mardi 17 janvier 2017 à 4:00

CHU de Nantes
CHU de Nantes © Maxppp -

La direction du CHU de Nantes a profité des vœux au personnel ce lundi, pour faire le bilan de l'année 2016. Une "bonne année" pour Philippe Sudreau, le directeur général, beaucoup moins pour la CGT.

"2016 a été une bonne année pour le CHU de Nantes", se félicite le directeur général du CHU de Nantes. La situation financière est à l'équilibre, des postes ont été créés, de nouveaux lits ont été ouverts en pédiatrie et l'hôpital s'est doté d'un tout nouveau robot chirurgical.

56 postes créés mais beaucoup plus d'arrêts maladie

Le bilan est donc positif pour la direction, mais pas pour les syndicats. Quand elle parle des 56 postes non médicaux qui ont été créés, la CGT répond avec le nombre de jours d'arrêt pour maladie ordinaire, autrement dit pour épuisement : 10.000 de plus qu'en 2015, rien que sur le premier semestre, selon le syndicat, qui s'inquiète déjà des économies à faire cette année. Les lits supplémentaires ouverts en oncologie et en réanimation pédiatrique ? "Ça faisait des années qu'il y en avait besoin", rétorque la CGT, "les parents avaient même lancé une pétition".

Quant au travail avec des pharmaciens pour ajuster les prescriptions et gaspiller moins de médicaments, des médicaments qui représentent une dépense de 200 millions d'euros par an pour le CHU, le syndicat se demande "si c'est toujours le meilleur traitement qui sera choisi ou si, un jour, ce sera le moins cher".

Philippe Sudreau, le directeur général du CHU de Nantes - Radio France
Philippe Sudreau, le directeur général du CHU de Nantes © Radio France - Marion Fersing

Des médecins à mi-temps au CHU et à mi-temps dans des hôpitaux plus petits

L'une des nouveautés 2016 pour le CHU, c'est aussi le GHT 44, le "groupement hospitalier de territoire", pour maintenir des soins de qualité sur tout le département de Loire-Atlantique. En clair, ça veut dire que les 13 hôpitaux du département travaillent ensemble. Cette année, le CHU partagera une trentaine de ses médecins, à mi-temps, avec les établissements plus petits : Ancenis, Châteaubriant, Guérande... L'objectif, ce n'est pas que Nantes siphonne les meilleurs éléments de ses hôpitaux, se défend la direction, au contraire, c'est que les habitants un peu éloignés de la métropole aient droit, eux aussi, à des soins de grande qualité sans avoir à faire 40, 50, 60 kilomètres pour venir au CHU.

Au rang des confirmations, le CHU fait toujours partie des meilleurs pour la recherche. Son travail sur le cholestérol et la génétique a été salué en 2016.

Les agents invités à donner leur avis sur les plans du nouveau CHU

Le transfert sur l'île de Nantes commence à se préparer concrètement. 1.200 médecins, infirmières, sages-femmes, etc. ont participé à des ateliers pour optimiser les plans du futur hôpital : les blocs opératoires, les salles de consultation, les bureaux mais aussi la circulation dans les couloirs et d'un étage à l'autre.

Philippe Sudreau, le directeur du CHU de Nantes est l'invité de France Bleu Loire Océan, ce mardi, à 8h15.