Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

CHU de Saint-Étienne : "Pas de moyens humains pour soigner des humains"

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Ce mardi, le directeur de l’hôpital de Saint-Étienne était sur France Bleu pour évoquer la grève générale commencée vendredi. Les grévistes réagissent à ces annonces.

CHU Saint-Etienne Hopital Nord
CHU Saint-Etienne Hopital Nord © Radio France - FBSEL

Saint-Étienne, France

La grève se poursuit au moins jusqu'à la fin de la semaine au CHU de Saint-Étienne. Une grève partie de la mobilisation du service de psychiatrie qui dénonce depuis de nombreux mois les conditions de travail et d'accueil des malades.  Ce mardi, le directeur de l’hôpital était sur France Bleu pour réagir à cette grève générale.  

Il annonce que l’Agence régionale de Santé va financer à 100%  la reconstruction sur le site de l’hôpital Nord de l’ensemble des activités de santé mentale qui sont aujourd'hui présentes sur la Charité et Bellevue. Pour un montant de 22 millions d’euros. C'était prévu dit Nicolas Moulin, infirmier et membre du collectif la Psy Cause et cela ne va pas tout régler : "On participe depuis plusieurs années à un suivi avec l'ARS. On doit faire un taux de marge et si on l'atteint, l'ARS s'engage à contribuer financièrement à ces déménagements. On est sur de l'architecture, qui fait partie intégrante du soin, mais il ne semble pas que ce soit la pierre angulaire. 

Les nouveaux bâtiments ne vont pas régler la problématique qui a été soulevé par les contrôleurs généraux des lieux de privation de liberté et ne va pas solutionner le problème de l'embolisation des urgences, des files d'attente ou de l'activité qui augmente en psychiatrie. Cela n'apportera pas de moyens humains pour soigner des humains."

Nicolas Moulin

Le directeur de l’hôpital met également en avant un taux de gréviste faible sur le CHU : 11% vendredi, 1% lundi. Isabelle Bouligaud est infirmière en pédopsychiatrie et elle aussi membre du collectif la Psy Cause : "C'est dommage que le directeur se serve de ces chiffres pour discréditer un peu la revendication et la mobilisation du personnel. Ce qu'on revendique actuellement c'est de pouvoir les gens dans de bonnes conditions. 

Par respect du patient, de notre travail, on ne peut pas faire une grève générale qui dure trop longtemps. Aujourd'hui il y a comme un burnout général des soignants. On fait comme on peut parce qu’on est en contact avec les gens. On a une conscience professionnel qui nous empêche de tout arrêter. Donc on ne peut pas maintenir une grève même avec 10% de grévistes en continu. On a nos patients et on veut, quand même leur offrir une qualité de soins au mieux de ce qu'on peut faire."

Isabelle Bouligaud

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu