Santé – Sciences

Clermont-Ferrand : les étudiants en chirurgie dentaire montrent les crocs !

Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne mardi 17 janvier 2017 à 16:57

Les futurs chirurgiens-dentistes sont en grève depuis le 13 janvier
Les futurs chirurgiens-dentistes sont en grève depuis le 13 janvier - @UNECD

Les étudiants clermontois sont en grève depuis vendredi dernier après l'échec des négociations entre les caisses d’assurance maladie et les trois syndicats majoritaires représentant les chirurgiens-dentistes. Certains remboursements de soins n'ont pas augmenté depuis près de 30 ans !

Les étudiants en chirurgie dentaire clermontois ont la rage. Ils l'ont prouvé mercredi dernier en assemblée générale extraordinaire. Depuis qu'ils ont voté la grève à l'unanimité, 93% d'entre eux sont toujours dans le mouvement. Qu'ils soient étudiants en 4ème ou en 5ème année à Clermont-Ferrand. Grève également suivie dans les autres services d’odontologie français.

L'objectif des négociations avec l’UNCAM est de revoir la convention actuelle signée entre les praticiens et la sécurité sociale. Selon les étudiants, les propositions formulées ne nous permettraient pas de réaliser des soins selon les dernières données acquises de la Science. En cas d'échec des négociations, un arbitrage sera sollicité en février prochain pour réécrire l’avenant.

La faculté dentaire de Clermont-Ferrand - Aucun(e)
La faculté dentaire de Clermont-Ferrand - @UNECD

En attendant, les étudiants estiment qu’ils ne pourront pas exercer un métier, où le patient peut par exemple avoir accès à des actes de prévention et à des soins parodontaux (gencives) remboursés. Les grévistes déplorent également l’arbitrage proposé par la Ministre de la Santé, Marisol Touraine. Un arbitrage qui "va à l’encontre du principe de négociation et qui entrainerait une réforme inadaptée".

Les futurs chirurgiens-dentistes souhaitent également interpeller la sécurité sociale sur le fait qu’un réengagement de leur part est nécessaire que ce soit par une revalorisation du remboursement des soins pour les patients, voire en mettant en place un remboursement sur certains soins indispensables. Exemple, la base de remboursement de la couronne pour les patients n’a pas augmenté depuis 1988 (107,50euros) malgré l’inflation et l’augmentation du coût de la vie.