Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : les psychologues ne sont pas des "robots"

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les psychologues ont répondu à "l'appel du 10 juin". Ils ont quitté leurs cabinets, ce jeudi, pour se faire entendre dans la rue. C'était le cas, à la mi-journée, à Clermont-Ferrand.

Les psychologues auvergnats en colère sur les marches de la Préfecture du Puy-de-Dôme
Les psychologues auvergnats en colère sur les marches de la Préfecture du Puy-de-Dôme © Radio France - Dominique Manent

Ce jeudi, partout en France, les psychologues ont manifesté. Une mobilisation historique pour cette profession. A Clermont-Ferrand, ils étaient une centaine, à la mi-journée : des psy venus de toute l'Auvergne. Ils dénoncent à la fois le projet gouvernemental qui vise à imposer une nouvelle prise en charge des patients, et le manque de postes, notamment dans le service public.

"Non au robot psychologue"

De la place de Jaude aux marches de la Préfecture, les psychologues brandissent des pancartes qui expriment leur mal-être : "Non au robot psychologue", "Pas de pratiques au rabais", "Les psychologues privés de parole, un comble !" etc.

Qu'ils travaillent en institutions spécialisées auprès d'enfants, en Ehpad, ou en cabinet libéral, ils partagent le sentiment d'être "maltraités" par le gouvernement, et avec eux leurs patients.

Des psychologues de l'Allier ont rejoint la manifestation clermontoise
Des psychologues de l'Allier ont rejoint la manifestation clermontoise © Radio France - Dominique Manent

Laura a quitté son cabinet de Moulins, dans l'Allier, où elle exerce en tant que psychologue libérale, pour rejoindre ses collègues à Clermont-Ferrand. La jeune-femme, âgée de 30 ans, explique la situation : "Aujourd'hui, le patient a un accès libre à nos consultations. Il nous appelle, il peut venir nous voir. Là, il devrait passer d'abord par son médecin traitant pour avoir une prescription. S'il y a besoin d'un renouvellement, il faudra ensuite passer par un psychiatre qui lui, de nouveau, justifiera si oui ou non le patient peut revenir ou pas. Cela oblige le patient à avoir différents interlocuteurs pour pouvoir avoir accéder à ses soins".

Laura, psychologue libérale à Moulins

Un remboursement dans de bonnes conditions

La question de la durée et du tarif de la consultation interroge aussi la jeune-femme,  "22 euros pour 30 minutes, c'est hors de la réalité, car nous avons des charges à payer !" Laura est favorable à un remboursement des soins, mais dans de bonnes conditions, et elle revendique le tarif qu'elle applique aujourd'hui dans son cabinet moulinois : 50 euros la consultation, sans durée imposée. Comment prendre en charge correctement un patient l'œil rivé sur sa montre ? Quant au patient, il doit pouvoir prendre le temps nécessaire pour s'exprimer. 

Des slogans en cette journée de mobilisation des psychologues
Des slogans en cette journée de mobilisation des psychologues © Radio France - Dominique Manent

Besoin de postes

La CGT, qui accompagne la mobilisation, rappelle que le service public manque de psychologues. Bruno Niès, secrétaire départemental de la CGT 63, évoque notamment les établissements scolaires, où la demande est pourtant importante, ou encore les Ephad. 

En cette période de crise sanitaire, où les cabinets de psy n'ont jamais été aussi pleins, il demande que les psy et leurs patients soient entendus : une rémunération à la hauteur pour les uns, une bonne prise en charge pour les autres.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess