Santé – Sciences

Cœur artificiel : Carmat entre dans une nouvelle phase de test avec sa dernière implantation à Nantes

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 30 août 2016 à 11:03

C'est à Nantes que Carmat a lancé la nouvelle phase de test de son cœur artificiel
C'est à Nantes que Carmat a lancé la nouvelle phase de test de son cœur artificiel © AFP - GEORGES GOBET

La société Carmat a annoncé lundi une nouvelle implantation de son cœur artificiel, qui s'est déroulée selon la presse locale à Nantes. Il s'agit de la première opération dans le cadre de son essai clinique final. S'il est concluant, il aboutira peut-être à la commercialisation de ce cœur.

C'est un pas de plus vers la commercialisation du cœur artificiel produit par Carmat. La société française a annoncé lundi soir avoir réalisé, la semaine dernière, la première implantation de son essai clinique final. Selon Ouest France, cette opération s'est déroulée au CHU de Nantes.

Un processus mené dans la plus grande discrétion

La ville n'avait pas été précisée par Carmat dans son court communiqué de presse annonçant l'implantation. Carmat, qui depuis le début des tests de son cœur artificiel est très discrète sur l'avancée du projet, "n'envisage pas de communiquer individuellement sur les implantations des patients de l'étude et sur leur état de santé". Elle s'exprimera uniquement sur "l'avancement général du processus de marquage CE" (la procédure d'autorisation de mise sur le marché européen).

Elle a confirmé être entrée dans une nouvelle phase : "l'étude pivot", c'est-à-dire l'essai clinique final devant lui permettre d'obtenir à terme le feu vert pour sa commercialisation.

Objectif : augmenter la durée de survie

Le 13 juillet, Carmat avait annoncé avoir obtenu l'aval des autorités françaises pour démarrer cette étude, qui doit porter sur "20 à 25 patients suivis à 180 jours" dans dix centres d'implantation en Europe. Contrairement à l'étude de faisabilité sur quatre patients, qui s'est échelonnée de fin 2013 à début 2016 en France et qui concernait exclusivement des patients souffrant d'insuffisance cardiaque en phase terminale, l'étude pivot doit inclure des patients "éligibles à la transplantation dont la probabilité d'obtenir un greffon est très faible". Les quatre premiers patients de l'étude de faisabilité sont aujourd'hui tous décédés, mais l'objectif d'une survie à 30 jours après l'implantation pour au moins la moitié d'entre eux avait été atteint, ouvrant la voie à la réalisation de l'étude pivot.

  - Aucun(e)
-

Partager sur :