Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange

Colombier-Fontaine, futur désert médical : une pétition est lancée

Colombier-Fontaine, France

A Colombier-Fontaine, une pétition circule en ce moment à l'initiative de deux retraités CGT pour demander l'implantation d'une maison médicale dans la commune. Ils appellent les élus à s'engager dans ce dossier.

Colombier-Fontaine pourrait ne plus avoir de médecin d'ici 4 ans
Colombier-Fontaine pourrait ne plus avoir de médecin d'ici 4 ans © Maxppp - .

A Colombier-Fontaine, il y a aujourd'hui 3 médecins en exercice. C'est bien suffisant pour cette petite commune du nord du Doubs de 1400 habitants, mais dans les années qui viennent, ils vont partir à la retraite et si personne ne vient prendre la suite, d'ici 4 ans il pourrait ne plus y avoir aucun médecin à Colombier-Fontaine.

600 signatures pour une maison médicale

Pour attirer de jeunes professionnels dans les zones rurales, aujourd'hui il faut souvent pouvoir leur offrir de meilleures conditions de travail que celles des traditionnels médecins de campagne, des maisons médicales par exemple, où les médecins peuvent travailler à plusieurs.

C'est ce que demandent aujourd'hui deux retraités CGT de Colombier-Fontaine. Pierre Voinchet et Louis Thiébaut ont lancé une pétition début juillet, qui a déjà recueilli près de 600 signatures. Ils y exigent une "structure de santé digne de notre époque". Pierre Voinchet, 80 ans et atteint d'une maladie des yeux, ne peut plus conduire alors sans médecin à proximité, il craint que ça devienne compliqué : "On va être obligé d'aller à Montenois ou à l'Isle-sur-le-Doubs. Il faudra mobiliser la famille ou des amis pour y aller. Ça, ça ne va pas ! On doit pouvoir dans la société actuelle se soigner sur place." "Et pour ça il y a nécessité d'organiser une structure organisée pour que de jeunes médecins puissent venir.", ajoute Louis Thiébaut, qui rappelle que la situation médicale est déjà très compliquée dans le nord du Doubs.

La pharmacie craint une fermeture

A la pharmacie de la commune, la pétition a rencontré un franc-succès. Les clients sont inquiets de ce futur manque de médecins, mais les employés aussi. Charles-Edouard, assistant pharmacien, estime que c'est l'avenir même de l'officine qui est en jeu : "En général, les clients vont au plus simple. Ils vont à la pharmacie qui est à côté de leur médecin. Donc s'il n'y a plus de médecin à Colombier, on risque de perdre notre clientèle, il risque d'y avoir des licenciements et peut-être au bout une fermeture."

Un dossier complexe selon la mairie

Les deux initiateurs de la pétition en appellent aux élus. Ils leur demandent de s'engager dans ce dossier et d'aboutir enfin à du concret. Mais selon Michel Barlogis, adjoint au maire de Colombier-Fontaine, ce n'est pas si simple. L'élu affirme que le dossier avait été lancé, que des médecins avaient même été trouvés pour la future structure : "Mais l'Agence Régionale de Santé nous a dit que nous avions fait les choses à l'envers. Il faut d'abord faire un audit pour étudier les besoins de la population, sachant qu'il y a déjà une maison médicale à Montenois, une à l'Isle-sur-le-Doubs et une à Pont-de-Roide." Selon Michel Barlogis, cette enquête serait en cours et il ajoute: "On ne peut pas se passer de cet avis de l'ARS parce qu'à la clé il y a des subventions. Ça peut être 70 à 80% du financement d'une maison médicale. Et la commune n'aurait pas les moyens de la financer seule."

La mairie espère une réponse d'ici mi-2017.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess