Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Comment les Ehpad de l'Yonne se préparent à la vaccination contre le Covid-19

-
Par , France Bleu Auxerre

Les 73 Ehpad de l’Yonne devraient recevoir cette semaine les protocoles de vaccination établis par le gouvernement. Cette campagne devra franchir plusieurs obstacles, à commencer par le consentement des résidents, parfois incapables d'exprimer clairement leur volonté.

Le département de l'Yonne compte 73 maisons de retraite
Le département de l'Yonne compte 73 maisons de retraite © Maxppp - Maxppp

Première difficulté, peu de résidents sont prêts d’emblée à se faire vacciner. C'est ce qu’a mesuré auprès d'un millier de ses clients, l’entreprise française Bluelinea qui offre des services aux seniors. Son président Laurent Levasseur : "quand on pose la question à une dizaine de personnes âgées, qu'elles soient en Ehpad ou à leur domicile, deux vous indiquent qu'elles sont pour, quatre qu'elles sont contre et quatre qui ne savent pas. Les huit sur dix qui sont contre (le vaccin) ou ne savent pas partagent les mêmes raisons. Un, le manque de recul par rapport à des effets secondaires qui pourraient apparaître, deux, le besoin d'attendre d'avoir l'avis de leur médecin."

"Nos personnes âgées ne sont pas des cobayes" - Noël Elahl, médecin coordonnateur en Ehpad

"Le gros problème, c'est de sensibiliser nos compatriotes et c'est cela qu'il ne faut pas rater", estime justement, un médecin spécialisé en gériatrie. Noël Elahl est médecin coordonnateur à l'Ehpad des Clairions à Auxerre, "nos personnes âgées ne sont pas des cobayes, on connaît beaucoup de choses sur le vaccin. Il n'y a pas d'effets secondaires majeurs, pour ce que nous en savons. Par contre, comme tout en gériatrie, vous ne pouvez rien proposer, si vous ne tenez pas compte du rapport bénéfice-risque. Pour une personne âgée vulnérable, est-ce qu'on peut franchement la laisser choper ce virus avec le risque de complication que vous connaissez ? Non. Donc il faut faire quelque chose."

Les résidents en Ehpad devront exprimer leur consentement éclairé avant toute vaccination

Des résidents incapables d'exprimer leur volonté

Mais c’est là qu’intervient la deuxième difficulté, recueillir le consentement des patients. Pas toujours simple en Ehpad reconnaît le médecin : "en Ehpad, les personnes âgées dépendantes sont de plus en plus majoritaires. Plus de 60% le sont, c'est clair. On ne peut pas leur demander un consentement éclairé. Mais à ce moment-là, on s'adresse à leur famille ou à leur personne de confiance."

Un avis du comité d'éthique attendu

Sur ce point, les autorités doivent faire des préconisations, très attendues par Joan Pasquier, directeur de l’Ehpad de Pont sur Yonne : "notre difficulté va être que nos résidents n'ont pas tous de protection juridique. Donc, en fonction de qui peut décider pour le résident, on peut imaginer que les enfants ou les personnes qui s'occupent du résident, ne seront pas tous d'accord. Quand il n'y a pas de personne de confiance, quand il n'y a pas de mesure de protection et que le résident ne peut pas exprimer son avis clairement, cela va être compliqué. Donc on attend les recommandations du comité d'éthique et des autorités de santé pour savoir comment on peut faire."

Du personnel en partie réticent à la vaccination

Dans l’Yonne, environ 5000 personnes vivent en Ehpad. Les Ehpad devront aussi convaincre leur personnel de se faire vacciner. Les directeurs établissements que nous avons interrogés reconnaissent qu’une partie du personnel est toujours réticent à la vaccination. 

L’ARS de Bourgogne Franche Comté indique que les doses de vaccins seront distribuées uniquement en fonction du nombre de patients ayant donné leur accord, afin d’éviter le gaspillage. Les autorités de santé se donnent deux mois pour leur administrer la première injection.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess