Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Le pourquoi du comment

Comment surmonter la déprime hivernale ?

jeudi 6 décembre 2018 à 7:44 Par Thierry Boulant et Delphine Martin, France Bleu Auxerre

Si vous sentez une perte d'énergie en automne et en hiver, une fatigue qui s'installe, c'est peut-être que vous souffrez de déprime hivernale. Mais ce n'est pas une fatalité. On peut y remédier et passer l'hiver avec le sourire. Voici quelques conseils.

La déprime saisonnière, le blues de l'hiver, toucherait 20% des Français.
La déprime saisonnière, le blues de l'hiver, toucherait 20% des Français. © AFP - ARNO BURGI

Yonne, France

La déprime hivernale, on en entend parler tous les ans. Les symptômes sont d'abord un manque de tonus, de motivation. Si tout ce que vous faites vous demande des efforts, si vous avez toujours l'impression de ne pas avoir dormi assez et si vous mangez comme quatre, surtout des bonbons ou des gâteaux, ce sont des signes qui peuvent alerter. Il se peut aussi que vous soyez plus irritable, et coté câlin... ce n'est pas forcément la grande forme.

Déprime ou dépression ? 

Ce "blues de l'hiver" est assez répandu selon le docteur Clément Guillet, médecin du sommeil à l'hôpital de la Chartreuse à Dijon : "on estime que 30 à 40 % de la population ressent cette déprime, cette baisse de l'énergie. Mais ces personnes vont continuer à fonctionner, à aller au travail, à avoir leur vie habituelle", précise le médecin. 

Il ne faut pas confondre cette déprime avec la dépression saisonnière, qui concerne beaucoup moins de monde, environ 5% de la population, mais elle est beaucoup plus invalidante : _"_là, les gens sont obligés d’arrêter de travailler, ils ne peuvent plus se lever, ils doivent prendre un traitement, leur vie entière est impactée. On retrouve les mêmes éléments que dans une dépression classique : tristesse de l'humeur, irritabilité, angoisse majorée, ralentissement psychomoteur et une hypersomnie, c'est à dire que la personne va dormir beaucoup plus", ajoute Clément Guillet.  

"Il ne faut pas confondre déprime et dépression saisonnière": Le docteur Clément Guillet, psychiatre, médecin du sommeil, à l’hôpital La Chartreuse à Dijon

Le coupable : le manque de lumière

Mais que l'on parle de déprime ou de dépression, le responsable principal est le même. C'est le manque de lumière, qui provoque un dérèglement hormonal et déséquilibre la production de la mélatonine, l'hormone du sommeil, et de la sérotonine qui agit sur l'humeur. "C'est pour ça que ça survient au passage de l'automne à l'hiver", note le médecin.

Une solution : la luminothérapie

Pour lutter contre le blues, le coup de fatigue saisonnier, il faut donc commencer par donner à votre corps ce dont il a besoin, c’est à dire de la lumière ! Profitez de toutes les occasions pour vous aérer, même sous une belle couverture nuageuse. 

Vous pouvez aussi essayer la luminothérapie chez vous.  Il faut s'exposer à la lumière d'une lampe de  10 000 Lux minimum. On en trouve dans le commerce moyennant environ 150 euros pour un matériel fiable. 

2 minutes pour savoir, avec le sourire, comment surmonter la déprime saisonnière.

Mais Clément Guillet, spécialiste de la luminothérapie au Centre Hospitalier Régional Spécialisé La Chartreuse, nous invite à faire attention :"il faut utiliser une lampe sécurisée, sans UV, avec de la lumière blanche. Le pharmacien peut donner des indications et on en trouve dans le commerce, mais je pense que cela nécessite un avis médical avant, pour vérifier qu'il n'y a rien de plus grave"

En clair, il ne faut pas se précipiter et acheter une lampe mais consulter d'abord, d'autant que même quand on la pratique chez soi, la luminothérapie efficace obéit à certaines règles : "l'horaire est important, il faut que ce soit fait le matin, avant 10 heures, pendant environ 30 minutes à une heure. Il ne faudrait pas amplifier les dérèglements en prenant une mauvaise lampe ou en le faisant à la mauvaise heure".

Pour les dépressions, on fait de la luminothérapie à l’hôpital

La luminothérapie est particulièrement efficace pour les dépressions saisonnières. C'est précisément ce qui occupe le docteur Clément Guillet au quotidien : "on cherche à illuminer, donner le capital lumière qui manque au patient et à inhiber la sécrétion de mélatonine, pour redonner de l'élan et de l'énergie. C'est très efficace et souvent ça suffit, donc il n'est pas toujours nécessaire d'aller jusqu'à prendre des antidépresseurs".

A l'hôpital de la Chartreuse de Dijon, il est possible de suivre un traitement de luminothérapie pour les patients hospitalisés mais aussi pour les patients extérieurs, en ambulatoire.

Ne pas oublier le sport et l'alimentation 

Si vous ressentez une baisse de forme, un coup de blues, il est aussi important de faire attention à votre alimentation, qui peut aider à combattre cette déprime. A commencer par un bon bout de chocolat ! Eh oui, ça réconforte et en plus, ça contient du magnésium qui est un antistress naturel.

Par ailleurs, les poissons gras comme le thon, le hareng ou le saumon, et les huiles végétales sont pleins d’Oméga 3,  et sont bénéfiques pour lutter contre la déprime, tout comme les agrumes (oranges, pamplemousses, clémentines), le chou ou encore les épinards. Enfin, pour vous sentir frais comme la rosée du matin, il est également conseillé de faire de l'exercice. Le sport est un antidépresseur naturel. Là aussi, c'est encore une histoire d'hormones : bouger nous fait produire de l'endorphine et de la dopamine, les hormones du bonheur et du plaisirs.