Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Concours hippiques : pourquoi certains sont annulés et d'autres non ?

lundi 4 juin 2018 à 4:00 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

Une épidémie de rhinopneumonie (grippe équine) inquiète le milieu équestre. La fête du cheval et le concours hippique au lycée de Briacé le 10 juin prochain au Landreau (44) sont annulés. Mais le Jumping de la Baule (44) lui a bien eu lieu. Décryptage.

Sur le Jumping de la Baule le 17 mai 2018.
Sur le Jumping de la Baule le 17 mai 2018. © Radio France - Pascale Boucherie

Le Landreau, France

L'annulation de l'Equimuscadine est un crève-coeur pour l'organisatrice. La fête du cheval devait se tenir le 10 juin prochain dans le Vignoble Nantais. Avec une randonnée de 25 km le matin, puis un concours hippique au lycée Briacé au Landreau (44) et une animation poney l'après-midi ouverts au grand public. Mais après un an et demi de préparation, Alexandra Villareal membre de l'association organisatrice a dû jeter l'éponge "sous la pression" :

J'avais 75 inscrits mais avec la psychose autour de la grippe équine j'ai reçu 14 appels pour annulation sur la randonnée. On me disait que je ne pouvais pas faire prendre de risque aux participants. Puis le concours hippique de l'après-midi a été annulé. J'ai été contrainte et forcée de tout annuler sous la pression." - Alexandra Villareal 

Tout le monde ferme le parapluie par principe de précaution. C'est regrettable mais c'est la plus sage décision au vu de cette psychose ambiante."

Pourquoi certains concours hippiques sont annulés et d'autres non ?

L'épidémie de rhinopneumonie a fait deux morts dans la Sarthe cette année. Le virus est très contagieux et cela inquiète fortement une partie du milieu équestre. La fête du cheval et le concours hippique au lycée de Briacé au Landreau (44) sont donc annulés, idem pour le concours de Thouaré (44). Qualificatif pour le championnat de France des clubs il aurait dû rassembler 185 participants fin avril. Il ne s'est finalement pas tenu.  

Pourtant certains rassemblements de chevaux sont maintenus. Comme le Jumping de la Baule (44) qui a eu lieu mi-mai ou le Concours complet international de Saumur (49) qui s'est déroulé fin mai. A chaque fois des centaines d'équidés sont engagés et tout se passe sans anicroche. 

L'explication ? Chaque propriétaire mesure le risque à sa façon. Il y a ceux qui laissent le cheval à l'écurie, et ceux qui le font voyager pour concourir en prenant leurs précautions.

Au delà de la psychose, le coût de l'attestation vétérinaire

Pour participer à un concours en cette période d'épidémie le cézame c'est l'attestation de bonne santé. Chaque cheval doit voir un vétérinaire avant la compétition. Cela a un coût : environ 45 euros . Quand un club, une écurie ou un propriétaire veut aligner plusieurs chevaux au départ la facture monte donc vite.

L'attestation vétérinaire ne peut se justifier que dans le cadre d'une compétition officielle dotée en argent." - Hugo Fleurance, directeur du centre équestre de Vallet

Hugo Fleurance fait des concours chaque semaine -des concours avec des gains sur chaque épreuve - alors ça ne le dérange pas de débourser plus de 100 euros pour les attestations véto de ses trois chevaux. 

Concours dotés VS concours symboliques

Sur les concours officiels les gains sont dégressifs en fonction du classement. Dans la plupart des sports on ne récompense que le premier, voire les trois qui font un podium, mais en équitation cela va bien au-delà.

Les dotations couvrent les frais vétérinaires engendrés pour les participations, sinon on ne s'y rendrait pas".- Hugo Fleurance

Dans le cas de la fête du Cheval du Landreau, le concours est purement symbolique, il n'y a pas de contrepartie financière. Maintenir le rassemblement dit ce spécialiste ce serait "prendre le risque que seuls quatre ou cinq chevaux fassent le déplacement".

En comparaison au jumping de la Baule les dotations étaient de 612 500 euros.