Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : et si les restaurants et commerces non essentiels ouvraient sur rendez-vous ?

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Le maire de Reims, Arnaud Robinet, propose au gouvernement de réfléchir à la mise en place d'une ouverture sur rendez-vous pour les commerces non essentiels et les restaurants, à l'issue des 15 premiers jours de confinement.

Xavier Albertini, adjoint en charge de la sécurité et le maire de Reims Arnaud Robinet
Xavier Albertini, adjoint en charge de la sécurité et le maire de Reims Arnaud Robinet © Radio France - Aurélie Jacquand

Et si les restaurants et commerces non essentiels ouvraient sur rendez-vous ? Alors que le deuxième confinement, pour lutter contre la propagation du coronavirus, vient de débuter en France, le maire LR de Reims (Marne) a soumis l'idée au gouvernement. Dans un tweet, dans lequel il mentionne le ministre de l'Économie Bruno Le Maire et Jean Castex, Premier ministre, Arnaud Robinet affirme qu'il "y’a nécessité à trouver une solution pour nos commerces".

Le maire de Reims propose au gouvernement, pour limiter la casse économique, de permettre aux commerces de recevoir des clients, dans des créneaux horaires dédiés, idem pour les restaurants qui pourraient accueillir leurs clients sur réservation, tout en respectant les horaires du couvre-feu et la distanciation physique.

Hors de question de déroger aux règles du confinement, précise l'élu dans un communiqué. "Cependant, il est nécessaire d’engager dès maintenant une réflexion qui pourrait être mise en œuvre dans deux semaines, en fonction de l’évolution de la situation épidémique, afin d’aider les commerces dits non essentiels à subir moins violemment les effets de la crise sanitaire".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess