Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Confinement : la vaccination des tout-petits doit continuer selon les médecins

Les pédiatres et les services de la protection maternelle et infantile de la Manche le rappellent : faire vacciner son bébé fait partie des priorités médicales, même en cette période d'épidémie de Covid-19.

Une épidémie pourrait en cacher une autre, selon les pédiatres qui invitent les parents à ne prendre de retard pour les vaccins obligatoires des enfants de moins de deux ans.
Une épidémie pourrait en cacher une autre, selon les pédiatres qui invitent les parents à ne prendre de retard pour les vaccins obligatoires des enfants de moins de deux ans. © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

La vaccination des tout-petits est considérée comme faisant partie des consultations « urgentes » qui restent donc autorisées dans le cadre du confinement. 

C'est même indispensable selon les syndicats de pédiatres qui invitent les parents à ne surtout pas repousser la vaccination des enfants de moins de 2 ans, contre des maladies potentiellement graves, comme la rougeole ou la méningite et à respecter le calendrier de vaccination obligatoire.

Ces vaccinations peuvent se faire dans les cabinets de pédiatres, de généralistes mais également auprès de la PMI, la Protection maternelle et infantile. Et pour cela, il faut téléphoner pour programmer le rendez-vous qui se fera sous des conditions sanitaires très strictes, explique Catherine, médecin de PMI dans la Manche :

De peur d'éviter une épidémie, il ne faut pas en provoquer d'autres. Si on prend du retard dans le calendrier vaccinal et qu'on arrête les vaccinations type rougeole ou coqueluche, ça pourrait avoir de graves conséquences dans quelques mois et on pourrait voir resurgir des maladies. Par exemple, la coqueluche, c'est très grave pour les enfants, qui peuvent se retrouver en réanimation.

Depuis 2018, il y a onze vaccins obligatoires en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu