Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Reconfinement : les contrôles sont-ils vraiment renforcés à Marseille ?

-
Par , France Bleu Provence

Alors que le préfet des Bouches-du-Rhône annonce une intensification des contrôles sur les attestations et le port du masque, il semble qu’à Marseille, une petite partie de la population ne se sente pas concernée par ces contraintes liées au nouveau confinement.

Le Vieux Port de Marseille confiné
Le Vieux Port de Marseille confiné © Radio France - Philippe Boccara

Et suivant les secteurs de la ville, ce sentiment est plus ou moins partagé. Ce constat est renforcé par l'impression d'absence sur le terrain des forces de l'ordre. Nous avons voulu nous rendre compte par nous-même de ce sentiment. Ce jeudi, entre 10h30 et 15h, j’ai sillonné Marseille à pied, à scooter, en métro et en tram. Le constat est simple : je n'ai pas été contrôlé, je n'ai croisé aucune patrouille de police ou de gendarmerie, j’ai vu une voiture de la police municipale en haut de la Canebière et une autre de la police nationale stationnée en bord de mer.

Mon périple dans Marseille

Départ 10h30 en scooter des Camoins, tout près des collines de Pagnol, direction le centre commercial de La Valentine. Devant l’hypermarché, le balai des caddies. La plupart des clients portent le masque, une dame porte des gants, une autre nettoie avec du gel hydroalcoolique la poignée du chariot. Zéro force de l’ordre. Pourtant, je cherche !

11h15 : un stop à Saint-Barnabé, un petit marché, des lycéens. Ici, près de la moitié de ces jeunes portent le masque sous le nez ou au bras. "On veut respirer", dit Lucas, élève en seconde.

12h15 : direction le centre-ville et le quartier Noailles. Malgré les caméras de vidéosurveillance et la proximité du commissariat de la Canebière, j'observe les trafics habituels. Environ un passant sur trois ne porte pas du tout le masque. L'accès au marché est contrôlé par des vigiles. Le problème est dans les rues tout autour. Zéro force de l’ordre. Pourtant, je cherche !

13h30 : direction les Cinq-Avenues en tram. Peu de monde à bord, un siège sur deux est inoccupé. Dans toute la rame, seule une dame ne porte pas de masque. Au retour, je descends sur la Canebière. Je décide alors de poursuivre mon chemin en métro. Les annonces sonores sur le port du masque sont inaudibles sur les quais, tout comme celles dans les rames. Des passagers portent le masque sous le nez. Zéro force de l'ordre. Pourtant, je cherche !

Après 45 minutes sous terre, je récupère mon scooter direction les plages. Un trajet par la rue Paradis et le Prado. Quelques joggers se défoulent, j'arrive toujours sans contrôle à l'Ascale Borely : un beau soleil, des promeneurs  avec leurs chiens, la poussette pour certains, un baigneur. Zéro force de l'ordre. Pourtant, je cherche !

14h45 : je rentre à mon bureau à la Joliette, par la Corniche et le Vieux-Port . Zéro force de l'ordre. Je ne cherche plus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess