Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Consternation à Rive-de-Gier après la fin des gardes médicales de nuit en semaine

mardi 4 septembre 2018 à 6:05 - Mis à jour le mardi 4 septembre 2018 à 10:31 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Saint-Étienne Loire

C'est une première qui fait grincer des dents à Rive-de-Gier. Dans la nuit de lundi à mardi, aucun médecin n'a assuré la garde dans le secteur. L'Agence Régionale de Santé a revu l'organisation et maintenant, les malades sont dirigés vers la maison médicale de garde de Saint-Chamond ou aux urgences.

Médecin (illustration)
Médecin (illustration) © Maxppp -

Rive-de-Gier, France

Ne cherchez plus, il n’y a plus de médecin de garde, la nuit, dans le secteur de Rive-de-Gier. Et ce sera comme ça désormais, en semaine, pour éviter de maintenir des docteurs d’astreinte, volants, qui venaient chez vous faire une consultation à n'importe quelle heure. À partir de maintenant, si vos enfants ou vous avez besoin d'un médecin de 20h à minuit, il faudra aller à la maison médicale de garde de Saint-Chamond, collée aux urgences de l'hôpital. En "nuit profonde" de minuit à 8h, les patients seront redirigés vers les urgences. L’Agence régionale de Santé a réorganisé la permanence des soins à la demande dit-elle, des médecins sur place.

ÉCOUTEZ AUSSI : Yves Partrat, secrétaire général de l'ordre des médecins dans la Loire, invité de France Bleu Saint-Étienne Loire

"Tout disparaît à Rive-de-Gier"

Un service public de plus qui disparaît pour Emilie, jeune mère de famille dont le mari travaille de nuit. "Que dire ! réagit cette Ripagérienne. Déjà que c’est compliqué dans la Loire, c’est vieillissant, il n’y a pas de travail, pas de commerce, les transports se compliquent, moi j’ai grandi ici et c’est de pire en pire donc nous on part. On part à Toulon, c’est le bon moment", déplore Emilie qui voit cet abandon des gardes de nuit comme une goutte d’eau faisant déborder le vase. "Comment on ferait pour la petite ? s’interroge encore la maman. Nous dès qu’on a besoin on appelle notre médecin mais sans ça, il faudra réveiller quelqu’un pour nous emmener, ou trouver un bus ou des taxis… à moins d’appeler les pompiers mais même eux, ils ne se déplacent plus pour tout.

Emilie : "A Rive-de-Gier tout ferme, c'est de pire en pire."

Décision à la surprise générale

Premiers à déplorer cette décision : les médecins. "C’est déplorable, le service public n’y est plus", s’agace l’un des généralistes de Rive-de-Gier. Surtout que la décision a été prise en plein été et que tout le monde - y compris le maire de la ville - le découvre maintenant qu'il est trop tard. Alors tous doivent maintenant rassurer les patients. Le docteur Olivier Amigues par exemple a du mal à défendre cette décision de l’ARS. Lui qui ne fait que des gardes de soirées depuis 20 ans y voit une mauvaise solution. "C’est une solution possible de réorganisation des gardes mais elle oublie les personnes âgées qui ont franchement du mal à se déplacer dans les maisons médicales mais qui vont être de plus en plus nombreux, rappelle le médecin. Ça va être le bal des ambulances pour aller les chercher et les emmener aux urgences."

Un secteur de plusieurs kilomètres

Et n'allez pas lui dire qu’il n’y a que 10 km entre Rive-de-Gier et Saint-Chamond. "Oui sauf que le secteur de Rive-de-Gier s’étend jusqu’à Pélussin, Pavezin et il y a trois quart-d’heure de route pour certains administrés jusqu’à Saint-Chamond et je leur souhaite bon courage les nuits d’hiver par exemple." Mais le docteur Amigues pense aussi à toutes les familles qui perdront un proche dans ces secteurs. Il faut forcément déplacer un médecin pour constater le décès et faire lever le corps par une entreprise de pompes funèbres. Il faudra désormais attendre les horaires de bureau pour faire venir le docteur le plus proche.

Le reportage de France Bleu Saint-Étienne Loire à Rive-de-Gier.