Santé – Sciences

Contraception d'urgence : une nouvelle pilule du lendemain en vente libre

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 17 avril 2015 à 8:12

Désormais les deux pilules du lendemain commercialisées sont en vente libre - illustration
Désormais les deux pilules du lendemain commercialisées sont en vente libre - illustration © MaxPPP

À compter de ce vendredi, une pilule du lendemain jusqu'ici disponible uniquement sur ordonnance est en vente libre dans les pharmacies. Le laboratoire baisse également son prix.

Les deux contraceptifs d'urgence disponibles sur le marché sont en vente libre en pharmacie depuis ce vendredi. Le même jour, un sondage sur la pilule du lendemain révèle que les Françaises connaissent encore mal ce moyen de prévenir l'arrivée d'une grossesse non désirée. 

Une pilule sans ordonnance, et un peu moins chère

Deux pilules du lendemain existent à l'heure actuelle en France : le levonorgestrel (Norlevo du laboratoire HRA Pharma et génériques)  qui doit être utilisé dans les 3 jours et l'acétate d'ulipristal (EllaOne, également produit par le laboratoire HRA pharma) qui affiche une efficacité jusqu'à 5 jours . Mais si le premier est en vente libre dans les pharmacies depuis son autorisation en France en 1999, EllaOne, commercialisé depuis 2009, était jusqu'à présent uniquement disponible sur ordonnance.   

A la suite d'une décision prise en janvier dernier par la Commission européenne, elle va dorénavant être également accessible sans ordonnance en France, selon le laboratoire HRA Pharma qui a annoncé à cette occasion que le prix de la boîte (un seul comprimé) allait baisser de 23,59 euros à 19,70 euros . Ce prix reste néanmoins supérieur à celui du Norlevo (autour de 7 euros).    

Un moyen de contraception encore mal connu

Bien que la contraception d'urgence existe depuis de longues années, une majorité de Françaises âgées de 15 à 50 ans la connaissent mal, selon un sondage Harris Interactive* publié vendredi. 

Interrogées en mars, la très grande majorité des Françaises (94%) avaient entendu parler de la contraception d'urgence mais 65% estimaient être globalement mal informées. Parmi les zones d'ombre, son mode d'action (ignoré par 78% des personnes interrogées), son efficacité (74%) et les délais dans lesquels le contraceptif doit être pris (73)%.   

Selon le Baromètre santé réalisé en 2010 par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes), 24% des femmes de 15 à 49 ans, ayant déjà eu des rapports sexuels avaient déclaré avoir utilisé la contraception d'urgence au moins une fois dans leur vie.  

*Le sondage Harris Interactive a été réalisé en ligne du 18 au 23 mars dernier auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population féminine française âgée de 15 à 50 ans selon la méthode des quotas.