Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Contraception : les femmes s'estiment bien informées, mais des idées reçues persistent

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

A l'occasion de la journée mondiale de la contraception ce jeudi, un sondage révèle la perception que les Françaises en ont. La pilule reste la méthode la plus utilisée, mais les femmes s'en méfient davantage. Par ailleurs, plus d'un tiers pense que le stérilet est réservé aux mères.

Les femmes s'estiment bien informées sur les moyens de contraception existants.
Les femmes s'estiment bien informées sur les moyens de contraception existants. © AFP - VOISIN/Phanie

A l'occasion de la journée mondiale de la contraception ce jeudi 26 septembre les laboratoires médicaux CCD (qui commercialisent des médicaments et dispositifs gynécologiques) et l'institut Opinion Way publient une étude sur la perception de la contraception par les femmes françaises

En 2016, une étude réalisée par Santé publique France indiquait que 71,9 % des femmes utilisaient un moyen de contraception. 

La contraception, une avancée pour la liberté des femmes  

L'étude de CCD et Opinion Way indique que pour les Françaises, la contraception reste une avancée : quelque soit la méthode utilisé, 94% considèrent qu'elle permet aux femmes  de disposer plus librement de leur corps, 91% qu'elle permet de s'épanouir dans sa vie de femme, et 78% qu'elle contribue à plus d'égalité entre les hommes et les femmes. 

Une contraception facilement accessible, mais un tiers pense qu'elle ne peut pas être gratuite  

97% des femmes interrogées estiment également qu'elle ont davantage de choix que par le passé concernant le moyen de contraception. 93% sont d’accord avec l’idée qu’elle est facile d’accès en France, et 82% qu’elles sont bien informées sur la contraception. 95% des femmes estiment aussi qu'il faut parler de ce sujet au sein du couple.

Mais un tiers des femmes (30%) pensent qu’il n’est pas possible d’obtenir un moyen de contraception gratuit même en étant majeure, alors que la plupart des pilules ou des stérilets sont totalement pris en charge par le système de santé.

Une contraception pratique avant tout

Ce que veulent les femmes, c'est avant tout un moyen de contraception pratique, simple, le moins contraignant possible. 45% ont choisi leur mode de contraception parce qu'il est le plus adapté à leur mode de vie. Mais l'avis du médecin compte aussi, puisque 39% ont choisi le mode de contraception qui était conseillé par leur médecin. Un quart des femmes disent avoir choisi leur méthode de contraception car elle leur paraissait plus efficace que les autres.

Médecins, mère, copines et internet pour choisir 

Si le gynécologue reste le principal conseiller pour le moyen de contraception, (à 65%, 76% pour les plus de 35 ans), le médecin traitant conseille 31% des femmes. Le sondage nous apprend aussi que l'entourage féminin compte beaucoup, puisqu'une Française sur cinq (18%) déclare avoir en priorité demandé l'avis de sa mère pour choisir sa contraception, et 14% celui de leurs amies. Une femme sur cinq âgée de moins de 35 ans (17%) a aussi utilisé internet pour guider leur choix. 

Les préjugés sur le stérilet réservé aux mamans est tenace 

Presque une Française sur quatre, 36%, reste convaincue que le stérilet est réservé aux femmes ayant déjà eu des enfants, alors qu'il peut tout à fait être posé sur des femmes n'ayant pas encore d'enfants. Cette idée reçue est particulièrement persistante chez les femmes âgées de 50 ans et plus, puisque 42% en sont convaincues.

Plus de quatre femmes sur dix pensent que la pilule diminue la fertilité 

Presque la moitié des femmes, soit 43%, pensent que la pilule diminue la fertilité. Or les études montrent que la prise de la pilule, même pendant de longues années, n'a pas d'effet sur la fertilité. Si les cycles peuvent mettre quelques mois à redémarrer après l'arrêt de la pilule, à long terme, la fertilité est la même. Concernant le stérilet, une femme sur trois estime qu'il ferait baisser la fertilité. Là aussi, aucune étude ne le prouve. 

Certains risques de la pilule restent méconnus, mais les femmes s'en méfient de plus en plus  

En 2016, la pilule restait le moyen de contraception le plus utilisé selon Santé Publique France. Elle était choisie par 36,5 % des femmes utilisant une contraception. Mais les risques de la pilule restent mal connus des femmes, indique le sondage de CCD et Opinion Way : 35% ignorent qu’elle peut augmenter les risques de cancer du sein. 

Toutefois, les femmes se méfient de plus en plus de la pilule : 21% des femmes de moins de 35 ans qui ne l'utilisent pas le font en raison de la crainte d'effets secondaires. Chez les plus de 35 ans, elles sont 17% à invoquer ces raisons. Le baromètre de Santé publique France publié en 2017 sur le sujet indiquait déjà qu'après les scandales de 2012 et 2013, les femmes se méfient de plus en plus de la pilule , et son utilisation recule nettement chez les 20-29 ans, au profit du stérilet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu