Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Contrôles accrus tout l'été dans les restaurants messins

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Comme chaque année, les agents de la DDPP Moselle (Direction Départementale pour la Protection des Populations) contrôlent les établissements de restauration lors de la période touristique. Une période plus à risque pour les consommateurs. Et qui dit plus d'affluence, dit aussi plus d'erreurs.

Depuis juin, deux établissements ont été mis en demeure avec obligation de remise en état sous 5 jours : un food-truck et une boulangerie
Depuis juin, deux établissements ont été mis en demeure avec obligation de remise en état sous 5 jours : un food-truck et une boulangerie © Radio France - Thomas Vichard

Metz, France

Ils effectuent près de 500 contrôles inopinés par an dans tout le département de la Moselle, mais la période estivale est primordiale pour les agents de contrôle de la DDPP. Ils visitent une soixantaine de restaurants entre juin et mi-septembre.

Vérification de la qualité des produits, de l'hygiène et de la fidélité

C'est sur cette période, touristique, que les risques pour les clients sont les plus importants.
La DDPP mosellane, composée d'une dizaine d'agents et inspecteurs ne cible pas que des restaurants. Les lieux où de la nourriture est vendue (food-truck, épicerie, grande surface) sont également inspectés avec attention. 

Julien Malraison est l'un des inspecteurs de la DDPP de Moselle - Radio France
Julien Malraison est l'un des inspecteurs de la DDPP de Moselle © Radio France - Thomas Vichard

Est vérifiée la qualité des produits vendus, mais aussi l'hygiène des cuisines ou encore la fidélité aux clients : "On regarde s'il y a des choses qui peuvent tromper le consommateur, par exemple si un produit est vraiment bio ou vraiment fait maison", explique Julien Malraison, l'un des inspecteurs de la DDPP Moselle. 

Quelles sanctions ? 

Plusieurs niveaux de sanction sont prévus en cas d'irrégularités : du simple avertissement (un courrier récapitulatif est envoyé au gérant, puis un nouveau contrôle est réalisé quelques mois plus tard) à la fermeture administrative. Pour en arriver là, selon Peggy Rasquin, la directrice de la DDPP Moselle, il faut "proposer par exemple de la viande avariée à ses clients, des produits non conservés dans des conditions adéquats, ou encore une cuisine dans un état très dégradé." Entre ces deux sanctions, on retrouve le procès-verbal qui peut donner lieu à une amende ou à une audience devant le tribunal administratif, et la mise en demeure

Tous les contrôles ne se passent pas forcément bien : "Il arrive que des restaurateurs ne souhaitent pas nous recevoir. Or, comme nous sommes des agents de l'Etat (ministères de l'économie et des finances et agriculture), cela provoque une opposition à agent qui est passible d'une amende de 25 000 euros par le tribunal correctionnel,. Parfois la gendarmerie intervient pour que nous puissions faire notre travail", détaille Julien Malraison.  

Vous pouvez retrouver le reportage lors de l'un de ses contrôles, dans le centre-ville de Metz, à l'épicerie Verdura :

Reportage lors de l'Opération Alimentaire Vacances menée par la DDPP Moselle à Metz

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu