Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : 100 cas de contamination confirmés en France, le point sur la situation ce samedi

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Quelque 100 cas de Coronavirus Covid-19 confirmés en France depuis le début de l'épidémie fin janvier, annonce le directeur général de la Santé ce samedi soir.

Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, et le ministre de la Santé Olivier Véran (photo d'illustration).
Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, et le ministre de la Santé Olivier Véran (photo d'illustration). © Maxppp - Ludovic MARIN

Le directeur général de la Santé Jérôme Salomon annonce ce samedi soir que la France a atteint les 100 cas de Coronavirus Covid-19 depuis fin janvier.

Sur ces 100 cas, 86 sont actuellement hospitalisées, dont 9 dans un état grave. Il y a aussi 12 personnes guéries, et deux décès, a détaillé le numéro deux du ministère de la Santé lors d'une conférence de presse.

Le premier ministre Edouard Philippe était l'invité du 20H de TF1 ce samedi soir. "Il faut être prudent, je ne veut pas jouer sur l'inquiétude", a-t-il déclaré au sujet de l'épidémie de Coronavirus Covid-19 en France. 

"Le virus circule dans des conditions restreintes sur le territoire", a-t-il ajouté. "Je ne veux pas faire peur, ni faire comme si cela n'était pas grave." Le premier ministre a répété avoir un plan pour essayer de ralentir au maximum la circulation du virus, et pour éviter le passage au stade trois de l'épidémie. 

Événements annulés ou reportés

Suite au conseil de défense et conseil des ministres extraordinaire ce samedi en début de journée, le gouvernement annule "tous les rassemblements de plus de 5.000 personnes en milieu confiné", selon Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé. Par ailleurs, les "rassemblements collectifs" dans l'Oise sont interdits "jusqu'à nouvel ordre". Même chose dans le secteur de La Balme-de-Sillingy en Haute-Savoie.

Le Salon de l'Agriculture ferme ses portes samedi soir et ne rouvrira pas dimanche 1er mars. Le semi-marathon de Paris qui devait se tenir ce dimanche est lui reporté, sans précision de la date. 

A ce sujet, Edouard Philippe s'est justifié dans le 20H de TF1 : "Nous avons intérêt à éviter les réunions de personnes qui viennent de partout dans le monde et qui se massent. Le marathon de Paris fait venir des gens du monde entier, il y a un brassage international." En revanche, pas d'inquiétude pour le matchde football entre Lyon et Saint-Etienne ce dimanche, car c'est "une zone où le virus ne circule pas".

Concernant les élections municipales, qui doivent se dérouler les 15 et 22 mars, le gouvernement exclue aujourd'hui un report. "À ce stade, il n’y a pas lieu d’envisager l’annulation des élections municipales", explique Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé

Les gestes à adopter

Faut-il continuer à faire la bise ? Ce geste pour saluer ses collègues ou amis est désormais à proscrire si l'on en croit le ministres des Solidarités et de la santé, Olivier Véan l'a rappelé samedi après-midi. "Je déconseille formellement les serrages de mains. Il faut une réduction des contacts sociaux physiques et selon inclue la pratique de la bise."

philippe la MEILLEURE solution de se protéger de ce virus c'est de se laver les mains

nous avons des stocks de masques chirurgicaux, mais le port du masque est recommandé pour les personnels soignant. Se promener avec un masque dans la rue ne sert à rien. 

Des ruptures de stocks de masques médicaux dans les pharmacies

"Personne n'est tenu de porter un masque si un médecin ne vous demande pas d'en porter un" déclarait samedi le ministre de la Santé. Pourtant, les pharmacies font face à une pénurie de masques médicaux de protection. Illustration dans les pharmacies brestoises, où ces masques de protection se vendent largement plus que la normale depuis le début de la propagation du coronavirus. La psychose s'accélère depuis qu'un premier cas a été détecté jeudi dans la ville.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu