Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 300 personnes réunies place de la République à Metz pour une "réinformation" sur la pandémie

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Près de 300 personnes se sont réunies place de la République à Metz samedi lors d'un rassemblement consacré à une "réinformation" sur la pandémie de coronavirus. Les prises de paroles visaient à débattre des mesures prises pendant la crise sanitaire, comme le port du masque ou le confinement.

La manifestation avait lieu à l'initiative de plusieurs organisations dont le collectif Ré-info Covid
La manifestation avait lieu à l'initiative de plusieurs organisations dont le collectif Ré-info Covid © Radio France - Natacha Kadur

Près de 300 personnes se sont réunies ce samedi place de la République à Metz pour un rassemblement citoyen consacré à une "réinformation" sur la pandémie de coronavirus. Les participants voulaient remettre en question certaines mesures comme l'obligation du port du masque ou le confinement.

Ils répondaient à l'appel de plusieurs organisations comme Ré-info Covid ou l'UNIC 57. La députée du Bas-Rhin Martine Wonner était également présente à ce rassemblement. Cette dernière a succédé à François Carre, co-organisateur, dans les différentes prises de parole qui visaient à débattre de certaines mesures prises pendant la crise sanitaire, à commencer par le port du masque. 

Retirer le masque en plein air 

Un peu à l'arrière de la foule, Jérôme, un participant, prête une oreille attentive à ces discours : « La députée a complètement raison, on nous manipule depuis un moment et y'en a ras-le-bol. Par exemple sur le port du masque : elle vient de nous expliquer qu'il y a plusieurs études qui démontrent qu'en extérieur il n'y en a pas besoin. » Cet employé dans la restauration confirme se sentir usé par la crise, alors qu'il n'a pas travaillé depuis un an : « C'est le fait de ne pas savoir où on va, moi je n'en peux plus à cause de ça », confie-t-il.

La manifestation a rassemblé près de 300 personnes Place de la République à metz
La manifestation a rassemblé près de 300 personnes Place de la République à metz © Radio France - Natacha Kadur

Quelques mètres plus loin, Fleur, une autre participante, se dit « sensible à ce genre d'information », toujours au sujet de l'obligation du port du masque : « Je suis maman d'un petit garçon qui va à l'école primaire et c'est insupportable pour moi de le voir le porter », explique-t-elle.

Des participants dénoncent une forme de dictature sanitaire
Des participants dénoncent une forme de dictature sanitaire © Radio France - Natacha Kadur

Désapprobation des mesures de confinement

Beaucoup dénoncent les différentes mesures de restriction qui s'appliquent depuis un an et leurs conséquences sur les libertés individuelles, voire, la santé mentale de leurs concitoyens : « Moi je vois des gens qui sont très mal, j'ai croisé une dame qui n'ose même plus manger de la salade ou sortir de chez elle, à cause de l'isolement et du confinement », témoigne l'une des manifestantes. 

Des participants ont livré une chorégraphie en blouse blanche
Des participants ont livré une chorégraphie en blouse blanche © Radio France - Natacha Kadur

« Nous, on n'a plus confiance », ajoute Rémi, assis sur les marches de l'Esplanade. Il évoque une forme de désinformation sur le coronavirus, parlant de « mascarade » pour qualifier la crise engendrée par la pandémie, en comparaison au nombre de morts provoqués par d'autres maladies plus courantes comme le cancer ou Alzheimer selon lui. Cette crise de confiance devient une quête de sens pour certains participants usés par la crise. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess