Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 30 millions de personnes devront être prioritaires pour un vaccin, selon le Conseil scientifique

-
Par , France Bleu

Dans un avis publié vendredi, le Conseil scientifique appelle à préparer dès maintenant la possibilité d'un vaccin contre le coronavirus. Selon les experts, il devra être administré en priorité à 30 millions de personnes, dont les professionnels de santé et les plus vulnérables.

Le Conseil scientifique a publié ses recommandations en cas d'arrivée d'un vaccin contre le coronavirus.
Le Conseil scientifique a publié ses recommandations en cas d'arrivée d'un vaccin contre le coronavirus. © Maxppp - SALESSE Florian

Quelle stratégie vaccinale à mettre en place quand on disposera d'un vaccin contre le coronavirus ? Le Conseil scientifique, le Comité vaccin Covid-19 et le Comité recherche, analyse et expertise (Care) ont rendu public ce vendredi leurs recommandations. Pour leurs membres, il est nécessaire d'élaborer dès maintenant "une stratégie vaccinale nationale".

"On s'attend à avoir plusieurs dizaines de millions de doses de vaccins disponibles entre le dernier trimestre de l'année 2020 et le premier trimestre de 2021, qui pourraient être déployées s'il survient une seconde vague de Covid-19", soulignent les experts.

Les professionnels de santé et les commerçants

D'après le Conseil, le gouvernement devra déterminer "qui vacciner et comment", l'avis préconise d'associer les citoyens à cette démarche de préparation, afin de ne pas renouveler l'échec de la vaccination anti-grippale de 2009. Le Conseil rejette l'idée d'"une vaccination obligatoire", mais favorise une vaccination "organisée"

Pour être efficace, "le ciblage des populations prioritaires est crucial". D'abord, il y a les 6,8 millions de personnes à risque d'exposition professionnelle, avec une "priorité très élevée" pour environ 1,8 million d'entre elles. Ce sont essentiellement des professionnels de santé : aux urgences, dans les services de pneumologie, de réanimation, tout comme les brancardiers, les ambulanciers et les personnels des Ehpad. Sans oublier le personnel stratégique : policiers, pompiers, militaires.

Dans ce groupe, figurent également environ cinq millions de personnes à "priorité élevée" exposées par leur emploi au contact de la population, comme les commerçants, les aides à domicile, les enseignants, ou encore les chauffeurs de bus. Il y a aussi ceux qui travaillent en milieu confiné à risque (abattoirs, taxis/VTC, croisières) ou ceux qui ont un hébergement confiné à risque (travailleurs migrants, site de construction).

23 millions de personnes vulnérables

Selon le Conseil scientifique, doivent également être vaccinées en priorité les 23 millions de Français qui, en raison de leur âge ou de leur état de santé, sont à risque. On pense notamment aux patients diabétiques ou atteints d'obésité. Les plus précaires (environ 250.000 personnes) constituent également des populations prioritaires. 

L'avis précise que la vaccination devra se faire au plus près des personnes : via les médecins généralistes, les infirmiers ou en pharmacie. Il indique enfin que ce vaccin devra être pris en charge entièrement par l'Assurance maladie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess