Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 370 000 masques retrouvés dans les sous-sols d’un hangar à Lavelanet

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Occitanie

Le stock de masques FFP2 entreposé depuis la crise du H1N1 était conforme. Le maire a alerté les autorités. Les masques sont partis vers les régions les plus touchées par le coronavirus.

Des masques ffp2
Des masques ffp2 © Radio France - Radio France

Les personnels soignants impliqués dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19 en manquent cruellement, les masques FFP2 sont en quantité insuffisante. Le maire de Lavelanet en Ariège s’est souvenu qu’un stock dormait dans les sous-sols d’un entrepôt propriété de la ville, depuis cinq ou six ans. Soixante palettes contenant 370 000 masques FFP2  bien empaquetés dans des cartons et qui se sont avérés en bon état ont été immédiatement expédiées vers les régions prioritaires les plus touchées par l’épidémie de  Coronavirus.

Un stock datant de la grippe aviaire

Mais que faisait ce stock de masque abandonné dans ce hangar ? C’est l’industriel Paul Boyé, l’un des quatre fabricants en France de masques chirurgicaux et FFP2 qui l’avait entreposé là. Spécialiste des uniformes pour l’armée et la gendarmerie, l’industriel aujourd’hui installé au Vernet en Haute-Garonne avait eu un projet d’implantation à Lavelanet qui n’a pas pu se concrétiser, avant de revendre les locaux à la mairie en Janvier dernier. Paul Boyé avait entreposé ces stocks de masques déclassés datant de la crise du H1N1 il y a presque 10 ans. 

Le maire de Lavelanet qui compte y implanter les services techniques de sa ville s’est souvenu qu’un stock de masques dormait dans ces sous-sols. « J’étais au courant qu’il y avait des masques, mais comme ils étaient périmés, je ne me suis pas affolé. Mais c’est en entendant ce qui se passait, le manque de masques face au coronavirus, j’en ai parlé au propriétaire, l’industriel Paul Boyé, la Préfecture a été alertée. Il s’est avéré que ces masques étaient conformes. Il y avait des craintes sur la solidité des élastiques qui les tiennent. Les tests ont été bons, se félicite Marc Sanchez, le maire de Lavelanet.

Le maire de Lavelanet - Marc Sanchez

L’industriel Paul Boyé a donné son feu vert pour que le stock de masques certifiés conformes soit donné gratuitement aux autorités. Les 370 000 masques ont été chargés sur un camion mercredi dernier et envoyés sous bonne escorte vers les zones prioritaires les plus touchées par l’épidémie de Coronavirus, probablement la région parisienne et le grand-est. 

J’aurais aimé qu’il y en ait 3 ou 4 millions, mais on fait ce qu’on peut » conclut le maire de Lavelanet.

Un appel pour trouver les stocks de masque, l'exemple de l'Aude

Les masques FFP2 sont utilisés non seulement dans le secteur médical, mais aussi dans beaucoup d’autres domaines, dans le désamiantage ou la peinture industrielle notamment.

C’est pourquoi les préfectures ont lancé un appel pour recenser et collecter les masques FFP2.Les entreprises ou les particuliers qui en disposent peuvent se signaler auprès de leur préfecture.

Dans l'Aude, la préfète Sophie Elizéon se dit surprise des retours qu'elle a eu d'entreprises, de particuliers "qui ont retrouvé des masques dans leur cave ou leur grenier!" mais aussi de la part de collectivités. Mais la représentante de l'état élargi l'appel : "nous avons aussi besoin de gel hydroalcoolique et les centres hospitaliers anticipent la pénurie de sur-blouses. Nous pensons que des entreprises spécialisées qui nécessitent des protections ou des métiers comme vétérinaires, les lycées professionnels aussi peuvent répondre à ce large appel à la mobilisation".

Les centres hospitaliers anticipent la pénurie de sur-blouses donc nous faisons aussi cet appel à la mobilisation. Sophie Elizéon, préfète de l'Aude

Pour les stocks inférieurs à 500 masques,  il est recommandé aux entreprises de le donner directement aux professionnels de santé de leur secteur : médecins généralistes, infirmiers libéraux, sages-femmes, ou kinés. Pour un stock supérieur à 500 masques, la préfecture transmettra le don à l’Agence Régionale de Santé qui vous orientera vers les besoins les plus urgents.

A LIRE AUSSI : Coronavirus : un fabricant de masques toulousain manque de bras pour produire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess