Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 40% des interventions chirurgicales déprogrammées à l'hôpital de Saint-Nazaire

-
Par , France Bleu Loire Océan

A Saint-Nazaire, 40% des interventions chirurgicales sont déprogrammées à l'hôpital depuis la fin mars. Même si les derniers chiffres de l'épidémie sont encourageants, cela ne veut pas pour autant dire que la baisse est amorcée. Une quarantaine de patients Covid-19 sont hospitalisés dont 15 en réa.

Les lits supplémentaires pour les malades du Covid sont maintenus
Les lits supplémentaires pour les malades du Covid sont maintenus © Radio France - Anne Patinec

Même si les derniers chiffres de l'épidémie sont encourageants sur l'agglomération nazairienne, cela ne veut pas pour autant dire que la baisse est amorcée. Le taux d'épidémie (nombre de malades pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours) est passé de 314 à 275 sur la Carène (communauté d'agglomération). A l'hôpital, la situation reste très tendue et certains services comme la réanimation et l'unité Covid affichent toujours complets malgré des lits supplémentaires : 15 lits en réa (12 habituellement), 24 lits dans l'unité Covid et 11 en unité de soins critiques. 

Un personnel fatigué

40% des opérations chirurgicales sont déprogrammées pour permettre de déployer des personnels auprès des patients Covid. Certains doivent travailler 12 heures par jour et "les équipes fatiguent", reconnaît Catherine Furic la responsable de la cellule de crise de l'hôpital, "il faut s'adapter sans cesse, réaménager les plannings au pied levé. Avec le changement des dates de vacances scolaires, on demande aux personnels de s'arranger entre eux dans les services".  Les équipes espèrent aussi que l'afflux de nombreuses personnes venues passer le week-end de Pâques ou se confiner dans la région ne sera pas synonyme d'un redémarrage de l'épidémie d'ici deux semaines.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess