Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : 67 policiers en arrêt maladie dans le Doubs, selon le syndicat Alliance

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

La police nationale prend aussi des risques pour faire respecter les mesures de confinement. Dans le Doubs, 67 fonctionnaires sont actuellement en arrêt maladie. Neuf d’entre eux ont contracté le coronavirus, selon le syndicat Alliance Police Nationale.

 Les policiers travaillent désormais avec des masques pour éviter la contamination comme dans le Doubs ou neuf fonctionnaires ont été testés positifs au covid 19
Les policiers travaillent désormais avec des masques pour éviter la contamination comme dans le Doubs ou neuf fonctionnaires ont été testés positifs au covid 19 © Maxppp - Michael Desprez

En Bourgogne Franche-Comté, c’est dans le Doubs que les policiers ont été les plus exposés au coronavirus depuis le début de l’épidémie. Selon le syndicat Alliance Police Nationale qui a fait remonter les chiffres du terrain, 67 fonctionnaires sont actuellement en arrêt maladie. Il s’agit de policiers rattachés aux commissariats de Montbéliard, Besançon, Pontarlier ainsi qu’à la Police de l’Air aux Frontières et à la Police Interdépartementale de la Police Judiciaire. Neuf de ces fonctionnaires ont été testés positifs au covid 19.

Un commandant de police de Montbéliard hospitalisé en Suisse

La Direction Départementale de la Sécurité Publique dans le Doubs a indiqué ce mardi que deux de ses policiers faisaient partie des neuf cas avérés. Parmi eux, un commandant de police de Montbéliard qui a été transféré fin mars dans un hôpital suisse.

Par ailleurs, trente policiers sont confinés chez eux pour quatorze jours pour avoir été en contact avec des malades. Selon Alliance Police Nationale, il y a eu du retard dans le Doubs dans la mise en place d’un système de travail qui aurait permis de limiter la propagation de la maladie au sein de la police. « Cela a créé du désordre dans les effectifs », indique son secrétaire régional.

Confinement : le port du masque n’autorise pas tout

La population doit rester mobilisée et continuer à respecter les consignes de confinement, rappelle les policiers. Avec le retour des beaux jours et la hausse des températures de ces derniers jours, les forces de l’ordre constatent un relâchement flagrant dans les sorties autorisées. Face à cette situation, le syndicat Alliance Police Nationale, majoritaire en Bourgogne Franche Comté, tape du poing sur la table.

« On voit des familles entières qui sortent comme si de rien n’était, des piques niques qui se multiplient, des promenades dans les rues qui n’en finissent plus », indique Stephan Ragonneau. Le secrétaire régional du syndicat vise également ceux qui sortent avec des masques et qui se croient intouchables.

« On a remarqué qu’à partir du moment où les gens portent un masque, souvent confectionné de manière artisanale au passage, ils s’autorisent à être dehors et à faire ce qu'ils ont envie de faire. Sortir avec un masque, c’est bien et ça peut vous protéger. Malgré tout, il faut respecter le confinement. Rester chez soi, rencontrer le moins de gens possible et toucher le moins d’objet possible dans la rue. C’est une règle de vie à intégrer aujourd’hui », indique le patron du syndicat dans la région.

On a parlé de déconfinement trop tôt – Christophe Dalongeville, Alliance Police Nationale dans le Doubs

Il y a de plus en plus d’incompréhension lors des contrôles des sorties, constatent les policiers sur le terrain. Les gens se sentent de moins en moins concernés par le problème. « Ils ne comprennent pas qu’on se trouve dans un cas de figure extraordinaire, une pandémie au niveau mondial », ajoute Stephan Ragonneau. Son représentant dans le Doubs est catégorique.

« On est entrain de payer une erreur de communication. On a parlé de déconfinement trop tôt. Et la météo n’arrange rien ! », constate Christophe Dalongeville. Le syndicat est en contact régulier avec les médecins, les autorités comme la préfecture et l’ARS, Agence Régionale de Santé. A l'écoute, ses représentants pensent que la levée du confinement pourrait intervenir au mieux dans les premiers jours du mois de mai.

Trois semaines pour obtenir des masques

Après accord avec leur administration, les policiers ont désormais l’autorisation de travailler avec des masques sur la voie publique quand cela est nécessaire. « On a mis trois semaines pour les obtenir. Il a fallu attendre le feu vert de la préfecture et de l’ARS », rappelle le syndicat. Alliance réclame aujourd’hui la mise en place d’un partenariat entre la police nationale, les syndicats, l’ARS et la préfecture.  "Nous sommes sur le terrain. Qu'on nous écoute !", conclut le responsable régional du syndicat majoritaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu