Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : 8.911 décès en France, une hausse de 833 morts en 24 heures

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Le coronavirus Covid-19 a causé 8.911 décès en France, dont 6.494 à l'hôpital et 2.417 en Ehpad selon le bilan donné ce lundi par le ministre de la Santé. Il y a eu 833 morts supplémentaires en 24 heures, dont 605 à l'hôpital, c'est la plus forte hausse depuis le début de l'épidémie dans le pays.

Il y a eu 833 décès en France ces dernières 24 heures selon le bilan donné ce lundi parle ministre de la Santé.
Il y a eu 833 décès en France ces dernières 24 heures selon le bilan donné ce lundi parle ministre de la Santé. © Maxppp - Alexis Sicard

Selon le bilan donné ce lundi soir par le ministre de la Santé, le coronavirus Covid-19 a causé 8.911 décès en France, dont 6.494 à l'hôpital et 2.417 en Ehpad, soit une hausse de 833 morts en 24 heures, dont 605 décès qui sont survenus à l'hôpital, et 228 dans dans les Ehpad et les établissements médico-sociaux. C'est la plus forte augmentation des décès depuis le début de la pandémie en France mais cela s'explique par la prise en compte des décès survenus en Ehpad, ils n'étaient pas tous comptabilisé avant ce jour. 

Selon Olivier Véran, la France comptabilise 7.072 cas graves et 478 nouveaux patients ont été admis en réanimation ces dernières 24 heures. Le besoin de trouver de nouvelles places en réanimation augmente moins vite que les jours précédents a indiqué le ministre de la Santé qui tout de même tenu à souligner que "nous ne sommes pas au bout de l’ascension épidémique, loin de là, le chemin est encore long."  

Le ministre a rendu hommage à l'ensemble des professionnels de santé, "ce qui a été fait" par les soignants, "c'est du jamais-vu dans l'histoire contemporaine de la France" a dit Olivier Véran. Les soignants, quels qu'ils soient, à l'hôpital ou dans le privé, en ville ou dans les Ehpad sont les "héros de cette lutte que nous livrons face au coronavirus" a déclaré le ministre de la Santé. 

Lancement d'une "vaste opération de dépistage" dans les Ehpad

Olivier Véran a annoncé la mise en place d'une vaste opération de dépistage dans les Ehpad.  Il s'agit de "tester tous les résidents et tous les personnels à compter de l'apparition du premier cas confirmé (...) au sein de l'établissement", ce qui "permettra de regrouper les cas positifs au sein de secteurs dédiés au sein des Ehpad pour éviter la contaminations des autres résidents", a précisé le ministre. 

Il n'a pas donné plus de détails, mais indiqué s'être "entretenu avec Dominique Bussereau, président de l'association des départements français, qui m'a assuré du plein et entier soutien des départements pour pouvoir mener dès demain des actions massives de dépistage dans tous les établissements". Selon le dernier bilan, au moins 2.417 décès ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie dans les maisons de retraite médicalisées et autres établissements médico-sociaux.

Vigilance sur les masques pour les non-soignants

"Il y a de la vigilance" à avoir "sur la question des masques pour les non-soignants", a également déclaré ce lundi soir Olivier Véran, à propos des masques dits "alternatifs", en vogue en ce moment et alors que l'Académie de médecine recommandait l'usage obligatoire du masque pour toute la population la semaine dernière. 

La réflexion sur le port du masque pour la population en général, "nous sommes en train de l’étudier comme nous le faisons depuis le début, avec humilité face à un risque inconnu et face à l’évolution des données qui nous reviennent au niveau national comme à l’étranger", a indiqué le ministre de la Santé. 

Il dit prendre en compte le fait que "certains pays prônent le port du masque pour la population" et que "des organismes internationaux comme l’OMS considèrent que le port du masque ne doit surtout pas pénaliser les gestes barrières qui sont encore plus protecteurs". "Nous saisissons les autorités scientifiques de ce pays pour leur demander si la doctrine" à propos des masques "doit évoluer". "Je n’ai pas la réponse à l’heure où je vous parle", avoue Olivier Véran.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu