Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "99% des patients guérissent" rassure un infectiologue du CHU de Nice

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Face à la menace d'une épidémie de coronavirus, le service infectiologie du CHU de Nice se tient prêt et préfère rassurer la population.

L’Hôpital de Nice illustration
L’Hôpital de Nice illustration © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

C'est un service à la pointe en matière d'infectiologie : le service du Docteur Eric Cua à l'Archet. Un service au cœur de l'actualité alors que le coronavirus est aux portes de la France et des Alpes-Maritimes. Le CHU de Nice va passer dans les établissements de soins dits de "première ligne" dans la prise en charge des patients infectés par le coronavirus ou suspectés de l'être. Cela veut dire qu'il pourra prendre en charge et hospitaliser ces patients, ce qui n'était pas le cas jusqu'ici. Le Dr Cua sera chargé de leur convalescence. "Ils seront pris en charge dans des chambres à pression négative desquelles aucun virus ne peut s'échapper", précise-t-il.

"99% des patients qui auront le coronavirus vont guérir. Bien sûr, un mort sur 100, c'est un mort de trop, mais ce n'est pas un virus qui va décimer la population. On connait ce virus."

Ecoutez le docteur Eric Cua, infectiologue à l'Archet

Quel traitement ? 

La prise en charge consiste à isoler le patient pendant la phase de contagion, et à traiter les symptômes comme pour une simple grippe. "Finalement il n'y a pas de traitement. On accompagne les patients en leur donnant un traitement contre la fièvre et contre la douleur", indique le Dr Cua. 

Et dans les cas les plus graves, mais aussi les plus rares selon l'infectiologue, les patients sont accueillis au service de réanimation. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu