Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : à 66 ans, le médecin drômois Claude Leicher reprend du service

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Face à l'épidémie de Covid-19, des milliers de médecins, infirmiers et aide-soignants se sont manifestés pour venir en aide aux hôpitaux, notamment via la Réserve sanitaire. Claude Leicher, médecin drômois et président national des communautés professionnelles territoriales de santé en fait partie.

Claude Leicher est médecin et président national des communautés professionnelles territoriales de santé
Claude Leicher est médecin et président national des communautés professionnelles territoriales de santé - CL

A 66 ans, le Drômois Claude Leicher a ressorti sa blouse blanche de médecin généraliste pour épauler ses collègues dans la crise sanitaire inédite que traverse la France."Lorsque j'ai réalisé que le pays allait avoir besoin de toutes ses forces médicales, j'ai foncé", résume-t-il. Des milliers de soignants ont, comme lui, dépoussiérer blouse et stéthoscope pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Entre le début de la crise du coronavirus et le 17 mars, près de 19.000 volontaires ont rejoint les rangs de la Réserve sanitaire. Il s'agit d'un corps de professionnels de santé créé après l'épidémie de grippe H5N1 en 2007.  Cette force d'appoint, mobilisable en cas de crise sanitaire ou de catastrophe naturelle, dispose aujourd'hui d'un vivier de 40.000 personnes (actifs, retraités ou étudiants). 

"On reste médecin jusqu'à sa mort"

Près de 14% des volontaires de la Réserve sanitaire sont des retraités, selon Santé publique France. Reprendre son métier du jour au lendemain n'est pas anodin. Claude Leicher a dû, dans un temps restreint, retrouver ses réflexes et se réapproprier le matériel médical. "Lorsque je revenais à mon cabinet après un mois de vacances, j'avais l'impression que je devais en quelque sorte réapprendre mon métier. Alors après un an et demi d'arrêt, forcément je me suis posé des questions. Mais en réalité, les automatismes reviennent vite. Quand on est médecin, on le reste jusqu'à sa mort", explique Claude Leicher, également président national des communautés professionnelles territoriales de santé. 

Le médecin a donc repris les consultations médicales, mais sa mission pendant l'épidémie consiste surtout à organiser, avec l'Agence Régionale de Santé, l'offre de soin sur le territoire. Elle a été considérablement remodelée pour prendre en charge les nombreuses personnes infectées et soulager les hôpitaux, notamment avec la création de centres Covid. 

Accepter le risque de la contamination 

La question de la prise de risque ne semble pas avoir traversé l'esprit du médecin, même s'il sait que les personnes de plus de 60 ans sont plus vulnérables que les autres face au Covid-19. "J'ai des enfants, qui ont eux-même des enfants, et je ne voudrais pas qu'un jeune soignant tombe malade, parce qu'il lui reste toute une vie à accomplir. Finalement, s'il faut prendre des risques, autant que ce soit des gens de mon âge. Il nous revient de prendre une part de cette angoisse. Nous sommes dans une solidarité professionnelle", conclut-il. 

Un engagement plus que jamais nécessaire pour épauler les hôpitaux surchargés. Ce jeudi soir, 2706 patients atteints du Covid-19 sont hospitalisés en Auvergne-Rhône-Alpes, dont 229 dans la Drôme et 83 en Ardèche. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu