Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "À chaque entrée en réanimation, c'est une opération qu'on doit déprogrammer"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le nombre de malades admis en réanimation dans les hôpitaux franciliens augmente à un rythme soutenu. A tel point que l'AP-HP commence à déprogrammer des opérations dites ordinaires.

Un patient hospitalisé en secteur Covid-19
Un patient hospitalisé en secteur Covid-19 © Maxppp - Guillaume Horcajuelo/EFE/Newscom/MaxPPP

Alors que l'AP-HP lance cette semaine une vaste campagne de recrutement pour soulager ses services en tension, la Covid-19 ne laisse pas de répit aux hôpitaux parisiens de l'AP-HP. 

Ils comptent (pour toute l'Île de France) 2.000 malades hospitalisés en ce moment dont 345 en réanimation. C'est 100 malades de plus que la semaine du 14 septembre. "C'est énorme, ça veut dire que le virus accélère sa course," analyse Pierre-Emmanuel Lecerf, le directeur général adjoint de l'AP-HP. 

Un nouveau malade Covid en réanimation entraîne le report d'une opération  

Rien qu'à Paris, les hôpitaux soignent en ce moment 150 malades en réanimation. C'est un premier palier atteint qui fait que les hôpitaux parisiens arrivent aujourd'hui à un début de saturation.  

"A partir de maintenant - nous explique Pierre-Emmanuel Lecerf, chaque malade Covid entrant en réanimation entraîne la déprogrammation d'une opération," regrette-t-il. "On doit hélas faire de la place pour ouvrir d'autres lits," détaille-t-il. 

"Nous sommes inquiets car on ne peut éternellement déprogrammer des opérations chirurgicales ou médicales," explique le directeur général adjoint. 

Les passages aux urgences augmentent tous les jours dans les hôpitaux franciliens nous informe l'AP-HP.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess