Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : à Hossegor, plus de locaux que de vacanciers venus se faire tester

-
Par , France Bleu Gascogne

Toute cette semaine, l'Agence Régionale de Santé organise à Soorts-Hossegor une campagne de dépistage ouverte à tous. Ce lundi, premier jour de l'opération, ce sont surtout des locaux qui sont venus se faire tester.

En ce premier jour de test sur la côte Sud des Landes, il n'y a pas eu foule.
En ce premier jour de test sur la côte Sud des Landes, il n'y a pas eu foule. © Radio France - Paul Ferrier

Ce lundi, c'était la première journée sur la côte Sud des Landes de tests massifs proposés à la population par l'ARS. Cette semaine, ces tests sont réalisés à la salle du trinquet de Soorts Hossegor. Ils sont gratuits, sans prescription médicale et sur rendez-vous. Tout le monde peut y participer, locaux comme touristes. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une majorité de locaux

En ce premier jour de l'opération à Soorts-Hossegor, 180 personnes ont pu être dépistées. Et si tout le monde peut y participer, les touristes, nombreux sur la côte, n'ont pas été les plus nombreux. A l'entrée de la salle du trinquet de Soorts-Hossegor, trois rangées de barrières avaient été installées pour encadrer les files d'attentes et respecter la distanciation. 

On a fait 80 patients au bout d'une heure et demi. Beaucoup plus de locaux.

Le laboratoire Ax Bio Océan, chargé de réaliser cette opération, craignait une très forte affluence en cette période estivale. Mais la journée a été finalement plutôt calme. A 14h30, il n'y avait même pas de file d'attente a remarqué Sébastien Boucher, le président du laboratoire : "On a fait 80 patients au bout d'une heure et demi. Beaucoup plus de locaux. Sur les 150 qui avaient pris rendez-vous, on avait simplement une vingtaine de vacancier".  

A la sortie de la salle, c'est effectivement une majorité d'habitant de la côte Sud des Landes que nous avons croisé, venus des communes alentours. "C'est rassurant pour moi et mes proches", explique une première retraité venue d'une commune limitrophe, encore les yeux rougis par le test. Si le test n'est pas vraiment douloureux, il n'est pas très agréable. L'écouvillon vient frotter le conduit nasolacrymal et les larmes montent rapidement. Gilbert, 77 ans, habite Soorts-Hossegor. Il n'est pas étonné de voir peu de touriste : "Ils sont en vacances, ils ne pensent pas à cela eux. On est un peu envahi en ce moment". Gilbert n'a aucun symptôme, mais se considérant comme une personnes "très à risque", il est venu pour se rassurer. 

Des vacanciers cas contact

Mais s'il y avait une majorité de locaux, quelques vacanciers avaient tout de même quitté la plage pour un test. On a croisé un jeune d'Orléans, un couple de lyonnais ou une retraité de la région parisienne. Mais certains de ces vacanciers n'étaient pas là que pour se rassurer. "J'ai emmené une personne en covoiturage et elle m'a dit hier qu'elle était porteuse du Covid-19", raconte Victorien d'Orléans, arrivé ce week-end sur la côte. 

Un peu plus loin, un père est venu faire tester son adolescent : "Un ami de mon fils a été testé positif, on vient vérifier si lui également est positif. Pour rassurer aussi tout le monde et pouvoir continuer à vivre des vacances tranquilles ... ou pas !"  

Des anciens et des jeunes venus faire le test

Depuis quelques jours, les jeunes sont montrés du doigt par les autorités pour leur non respect des gestes barrières et leur fort taux de contamination. "On pouvait s'attendre que ce soit des gens un peu plus âgés mais en fait, on est moitié-moitié", constate Sébastien Boucher, le dirigeant du laboratoire. Il a compté 40% de moins de 35 ans parmi ceux venus se faire tester ce lundi. Comme ce jeune couple de vacanciers de 18 et 20 ans. 

Si on ne fait pas ça, en septembre, c'est reparti. - Marion

"J'ai eu des symptômes et j'ai vu qu'il y avait une campagne de dépistage", explique Romain venus de Lyon. Lui et sa copine disent respecter les gestes barrières, le port du masque et évitent les bars trop fréquentés. Mais ils constatent effectivement qu'ils sont très sages par rapport aux autres jeunes de leur âge. "Je pense qu'il faut une certaine maturité pour prendre conscience de ce qu'il faut faire. Si c'est un été où on ne va pas en boîte de nuit, voilà, c'est un été. Les gens ne respectent pas". Marion, sa compagne, conclut : "Si on ne fait pas ça, en septembre, c'est reparti".  

C'est comme pour tout. Il y a des gens plus sérieux que d'autres. - Marylène, 64 ans

Si on devait relever une différence entre les personnes plus âgées venues se faire dépister et les jeunes, c'est que les moins de 35 ans que nous avons croisé venaient souvent pour des symptômes ou des cas contacts. Les personnes plus âgées venaient en générale pour se rassurer comme Gilbert, 77 ans : "Nous on fait un peu plus attention puisque l'on sait que l'on est une population à risque". Nous avons aussi croisé une retraité qui amènera dans les prochains jours ses ados en vacances, pour rassurer les grands-parents.  Comme quoi dit Marylène, 64 ans : "C'est comme pour tout. Il y a des gens plus sérieux que d'autres. Des gens qui aiment faire la fête plus que de se faire dépister". 

D'ailleurs, pour être honnête, il y avait plus de monde ce lundi dans les bars et sur les plages d'Hossegor qu'au centre de dépistage.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess