Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "à l'Asssemblée, on se dit bonjour de loin" dit le député du bergeracois

-
Par , France Bleu Périgord

Le député LREM de la Dordogne (bergeracois) Michel Delpon réagit sur France Bleu Périgord à la contamination par le coronavirus de l'un de ses collègues de l'Assemblée nationale, un député LR du Haut-Rhin. Il explique que les députés prennent déjà de nombreuses précautions

Michel Delpon, dans les couloirs de l'Assemblée nationale
Michel Delpon, dans les couloirs de l'Assemblée nationale © Maxppp - Maxppp

Alors qu'un député LR du Haut-Rhin a été contaminé par la coronavirus, le virus a donc gagné l'Assemblée nationale à Paris. Un serveur de la buvette de l'Assemblée a lui aussi été contaminé.

Les députés sont donc soumis eux aussi aux précautions d'usage face au début d'épidémie. Michel Delpon, député LREM du Périgord pourpre n'y échappe pas, lui qui explique fréquenter parfois cette buvette de l'Assemblée nationale.

"J'y vais souvent. Toutefois je ne l'ai pas fréquentée depuis 15 jours. Pour me protéger, je prends des huiles essentielles antivirales, il paraît que c'est efficace, je le conseille pour ceux qui ont des réunions, qui doivent continuer à travailler" dit le député.

Et il explique que les députés ont mis en oeuvre les conseils du ministère de la santé. 

"On est quand même dans la prudence depuis plusieurs jours. A l'Assemblée cette semaine nous n'avons pas eu de contacts, nous ne nous serrons plus la main, on se lave les mains, ce qui a été préconisé par le ministre" explique Michel Delpon.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess