Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : à l'hôpital du Mans, "la situation la plus critique depuis le début de la crise"

-
Par , France Bleu Maine

Sous la pression d'une "très nette accélération" de l'épidémie de coronavirus, l'hôpital du Mans va commencer à déprogrammer des opérations la semaine prochaine.

Le centre hospitalier du Mans fait face à la "troisième vague".
Le centre hospitalier du Mans fait face à la "troisième vague". © Radio France - Alexandre Chassignon

L'hôpital du Mans voit depuis une semaine "nettement plus de patients Covid". Olivier Bossard, le directeur, ne parle pas encore de saturation, mais au prix d'une adaptation permanente. La demande médicale "classique" est en effet à un niveau normal, alors que beaucoup avaient renoncé à se faire soigner pendant le premier confinement. "Notre activité non-covid est redevenue majeure" résume ce jeudi le docteur Joël Pannetier, directeur médical de crise de l'hôpital.

Trois difficultés cumulées

Et, troisième difficulté, la demi-douzaine de foyers de contaminations dans des services réduit le personnel disponible donc les capacités d’accueil. C'est ce qui fait dire au docteur Joël Pannetier qu'"on n'a jamais eu une situation aussi critique depuis le début de cette crise".

"On a besoin de 40 places par jour pour accueillir les gens qui arrivent aux urgences, souligne le docteur Laurent Pidhorz, vice-président de la communauté médicale. S'ils ne peuvent pas sortir ou qu'on ne leur trouve pas de lit dans un autre établissement, la dernière extrémité c'est la déprogrammation chirurgicale massive". Un pas sera franchi dans cette direction mardi avec des annulations d'opérations lourdes au profit d'interventions en ambulatoire : sans hospitalisation, ces patients n'occupent pas de lits.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess