Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : à Nice, des applaudissements tous les soirs en hommage aux soignants

Comme dans beaucoup d'autres villes en France, les Niçois se mettent à applaudir tous les soirs à 20h, de leurs fenêtres et balcons, depuis le premier jour de confinement. Un moyen d'exprimer leur gratitude aux soignants, mais également de sortir de leur solitude quotidienne.

Dans les rues désertes de Nice, des applaudissements retentissent tous les soirs à 20 heures.
Dans les rues désertes de Nice, des applaudissements retentissent tous les soirs à 20 heures. © Radio France - Marion Chantreau

Comme chaque soir depuis mardi 17 février, Rebecca sort sur son balcon. "Ah, ça commence à arriver. Certains guettent par la fenêtre pour voir s'il y a du monde." Quand sonne 20h, le rituel se met en place. "Ça commence !", s'enthousiasme la jeune femme, qui habite le quartier de Valrose, à Nice. Plusieurs de ses voisins commencent à applaudir depuis leurs fenêtres et balcons. Ils rendent ainsi hommage aux soignants mobilisés contre l'épidémie de Covid-19 et à toutes les autres professions obligées de travailler.

En pleine période de confinement, c'est aussi un bon moyen de se remonter le moral. "On n'a plus vraiment l'habitude d'être ensemble, dit Rebecca. Comme on est seul toute la journée, ça fait un bien fou de se retrouver tous ensemble, même si c'est sur des balcons différents !

Cette initiative est apparue en Italie et en Espagne il y a quelques jours, quand les deux pays sont passés en confinement total, comme la France depuis mardi. À Nice, c'est Benjamin, 28 ans, qui a décidé de lancer la même opération. "On était confinés avec trois amis et on s'est dit que ce serait bien de faire comme les Italiens, commence-t-il. On a envie de recharger les batteries de tous ces soignants, pour leur donner notre énergie chaque soir, qu'ils soient à chaque fois en pleine forme le lendemain."

Se sentir utile

Transmettre des ondes positives, c'est aussi ce que veut faire Simmy quand elle applaudit à son balcon, dans le quartier Saint-Roch. "C'est bien plus qu'un geste physique de juste se taper dans les mains, dit la jeune femme. J'ai vraiment envie que les soignants nous entendent après une dure journée de travail, et qu'ils se disent : 'j'ai pas envie d'y retourner demain, mais comme j'entends tous ces gens penser à moi, je vais le faire pour eux.'"

La jeune femme veut même encourager un cercle bien plus large que les seuls soignants. "Je veux vraiment rendre hommage à toutes les professions mobilisées en ce moment : les caissières, les éboueurs, tous ceux qui doivent faire face à des gens qui ne respectent pas les règles de confinement. Nous, on veut leur dire qu'on les soutient."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu