Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : à Pau, les laboratoires Biopyrénées en manque de matériel pour se lancer dans les "drive-tests"

-
Par , France Bleu Béarn

Les malades vont pouvoir être dépistés sans sortir de leur voiture afin d'éviter d'entrer en contact avec les personnels ou d'autres patients. Le protocole doit être finalisé ce lundi pour un lancement mardi 31 mars, mais le laboratoire manque de matériel de protection pour son personnel.

Les personnes testées n'auront pas besoin de sortir de leur voiture.
Les personnes testées n'auront pas besoin de sortir de leur voiture. © Maxppp - Alexandre MARCHI

Les laboratoires Biopyrénées à Pau (Pyrénées-Atlantiques) se lancent à partir de ce mardi dans le dépistage en "drive". L'idée : pouvoir aller se faire dépister sans sortir de sa voiture et sans entrer en contact avec le personnel du laboratoire ou d'autres malades. Les drive auront lieu place de Verdun, devant le laboratoire, sur ordonnance de son médecin et après inscription en ligne. 

Ils s'adressent dans un premier temps uniquement aux personnels soignants qui présentent les symptômes du Covid-19. Dans un second temps ils seront accessibles aux patients symptomatiques à risques mais qui ne nécessitent pas d'hospitalisation, c'est à dire ceux qui ont des pathologies ou les femmes enceintes.

Appels aux dons de matériel de protection

Mais le personnel du laboratoire manque cruellement de matériel. Le médecin biologiste Olivier Lacrampe appelle les entreprises à l'aide : "Nous avons besoin en priorité de combinaisons intégrales comme celles dont disposent entreprises du BTP, de la restauration ou de peinture. Ensuite il nous faudrait des masques FFP2 bien sûr, des gants et des charlottes de protection pour la tête. C'est un geste qui expose le préleveur de façon très significative. Vu l'état de nos stocks, nous n'avons _de quoi tenir que deux ou trois jours_", craint-il. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu