Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : à Tours, SOS Médecins a payé 10.000 euros pour avoir ses propres équipements de protection

-
Par , France Bleu Touraine, France Bleu

SOS Médecins évalue à 16% le nombre de ses médecins contaminés par le coronavirus en France. A Tours, la structure ne déplore aucun cas positif parmi ses 12 praticiens. Mais c'est elle-même qui a du payer ses masques, charlottes et surblouses.

Chez SOS Médecins à Tours, aucun praticien n'a été contaminé, c'est en partie grâce aux équipements de protection que les médecins ont eux-mêmes payé
Chez SOS Médecins à Tours, aucun praticien n'a été contaminé, c'est en partie grâce aux équipements de protection que les médecins ont eux-mêmes payé © Maxppp - Thierry GACHON / Maxppp

Cela se pressentait depuis le début de la crise, et c’est aujourd’hui une confirmation que nous donne la cellule investigation de Radio France. Les médecins généralistes ont payé un lourd tribut au Covid-19. 

SOS Médecins évalue ainsi à 16 % le nombre de ses médecins contaminés par le coronavirus en France. De son côté, l’Ordre des médecins estime qu’une trentaine de praticiens libéraux sont décédés dans le pays. Des médecins reprochent au ministre de la Santé d’avoir trahi sa promesse de les équiper de masques FFP2.

10.000 euros payés par les médecins tourangeaux pour s'équiper

Chez nous, en Indre-et-Loire, sur les 12 praticiens que compte SOS Médecins, aucun d’entre eux n’est tombé malade. Mais c’est parce que ces médecins ont décidé de se cotiser pour acheter eux-mêmes leurs équipements de protection, comme l'explique Grégory Melchior, médecin, et patron de SOS Médecins à Tours. 

On a eu des FFP2 tout de suite, force est de constater qu'on est bien chanceux de ne pas avoir été contaminés - Grégory Melchior, SOS Médecins

Des surblouses, des surchaussures, des charlottes ou encore des masques pour un montant de près de 10 000 euros ! La structure a passé commande dès début mars, bien avant le confinement, et alors que les médecins généralistes n’étaient pas encore dotés en fournitures par l’Etat. "On a eu des FFP2 tout de suite, mais qu'on a achetés et payés au prix fort. On a réussi à en trouver pour nous et force est de constater qu'on est bien chanceux de ne pas avoir été contaminés". 

On a demandé à Grégory Melchior, le patron de SOS Médecins à Tours, s’il était normal que ce soient aux médecins de payer pour se protéger. "C'est un débat difficile. Nous on est dans un milieu privé. En règle générale, on prend en charge ce genre de matériel. Mais on a une unité Covid qui est encore en activité, on fait des dépistages, _on passe donc du secteur privé à un service public en mettant cette unité Covid à disposition. A partir de là, il est logique que ce soit du matériel qui soit pris en charge par les autorités sanitaires_, ce qui est le cas maintenant".

C'est normal d'investir pour se protéger. Maintenant, à qui de le faire ? C'est un choix. Nous on l'a fait car on voulait se protéger - Grégory Melchior

Selon l'étude de SOS Médecins au niveau national, 16 % des 1 300 médecins regroupés dans ses 63 associations ont donc été contaminés, dont 20 % à Paris. C’est bien plus que les médecins d’établissements de santé, des hôpitaux notamment, qui ont été touchés à hauteur de 10 %, selon le point épidémiologique de Santé publique France du 19 mai.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess