Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital

-
Par , France Bleu

L'ancien chargé de mission à l'Elysée Alexandre Benalla, placé mardi dernier en réanimation après avoir contracté le Covid-19, est sorti de l'hôpital mardi, a indiqué son entourage à l'AFP.

Alexandre Benalla est hospitalisé depuis ce mardi soir en réanimation à Paris.
Alexandre Benalla est hospitalisé depuis ce mardi soir en réanimation à Paris. © Maxppp - Aurélien Morissard

Alexandre Benalla, placé le 23 septembre en réanimation après avoir contracté le Covid-19, est sorti de l'hôpital ce mardi, a indiqué son entourage à l'AFP. L'ancien chargé de mission à l'Elysée, âgé de 29 ans, avait "été transporté par le SAMU et les pompiers au service réanimation de l'hôpital Cochin, pour une aggravation" de son état de santé, "étant positif au Covid", avait annoncé un proche.

Ancien adjoint du chef de cabinet à la présidence, et chargé de la sécurité du candidat Macron durant la campagne de 2017, Alexandre Benalla avait été limogé en juillet 2018 après avoir été mis en cause pour des violences commises lors d'une manifestation le 1er mai 2018. La révélation de cette affaire avait plongé la majorité dans une tourmente politique.

Alexandre Benalla est actuellement visé par six enquêtes judiciaires. Le 4 septembre dernier, le parquet de Paris a demandé un procès pour "faux", "usage de faux" et "utilisation indue" de passeports diplomatiques. Mis en examen pour l'affaire initiale du 1er mai 2018, il est aussi visé par des procédures pour des soupçons de dissimulation de preuves, "faux témoignage" ou encore "manquement aux obligations déclaratives à la HATVP (Haute autorité pour la transparence de la vie publique)".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess