Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : vaccinations annulées dans le Doubs, "l'ARS nous a menti" dénonce un maire

-
Par , France Bleu Besançon

La préfecture du Doubs et l'ARS de Bourgogne-Franche-Comté ont demandé, mercredi 27 janvier, aux centres de vaccination dépendant du vaccin Pfizer BioNTech d'annuler tous les rendez-vous pris pour des premières injections en février. Les maires de Besançon, Maîche et Pontarlier sont en colère.

L'Agence régionale de santé et la préfecture du Doubs ont demandé aux centres de vaccination d'annuler les rendez-vous pris pour des premières vaccinations en février.
L'Agence régionale de santé et la préfecture du Doubs ont demandé aux centres de vaccination d'annuler les rendez-vous pris pour des premières vaccinations en février. © Radio France - Rachel saadoddine

Plus de premières injections du vaccin Pfizer BioNTech dans le Doubs pour tout le mois de février. L'Agence régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté et la préfecture du Doubs demandent à tous les centres de vaccination communaux dépendant du vaccin Pfizer BioNTech d'annuler les rendez-vous pour n'assurer que les secondes injections. 

Les rendez-vous de premières injections annulés en février 

La pénurie du vaccin impose de n'assurer les rendez-vous que des patients ayant déjà reçu une première injection. Les centres communaux dépendant du vaccin Pfizer BioNTech annulent donc tous les rendez-vous pour première vaccination. C'est le cas à Morteau, à Maîche, à Pontarlier et dans une partie des centres de Besançon. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des milliers d'annulations sur tout le département qui incombent aux services municipaux et aux bénévoles des centres de vaccination, "rappeler un par un tous ceux qui ont pris rendez-vous, c'est une charge énorme", pour Patrick Genre, maire de Pontarlier et président de l’Association des maires du Doubs.

L'Agence régionale de santé nous a menti"

"On est dans une pagaille monstre et _c'est dramatique comme pilotage de cette vaccination_", ajoute Patrick Genre. Franck Villemain, le président de la Communauté de Communes du Pays de Maîche partage ce constat : "on doit rappeler 425 inscrits et on ne sait pas exactement quoi leur expliquer", "l'ARS nous a menti".

Le centre de vaccination de Maîche fermé du 1er au 15 février

La commune de Maîche va devoir fermer son centre de vaccination du 1er au 15 février et rouvrira uniquement pour les deuxièmes injections. "C'est un problème de communication et un problème d'approvisionnement de vaccins par l'ARS", estime le président de la communauté de communes du pays de Maîche, "très déçu"

Des personnes âgées de plus de 75 ans, qui avaient pourtant pris rendez-vous voient leurs vaccinations annulées. André a 70 ans, il avait pris rendez-vous pour le 1er février à la polyclinique de Besançon et mardi 26 janvier, il a été appelé pour annuler son créneau de vaccination. "Je suis donc susceptible d'attraper le covid et puis de développer une forme grave", déplore André, effrayé à l'idée de ne pas pouvoir reprendre de rendez-vous avant mars. 

Une baisse de 20 à 25% des livraisons du vaccin Pfizer 

Des annulations dues à une baisse de "20 à 25% des livraisons du vaccin Pfizer", selon la maire de Besançon, Anne Vignot. Au-delà des annulations de rendez-vous de primo-vaccinés, la maire de Besançon s'inquiète quant aux deuxièmes injections : "On ne sait pas si on sera bien en capacité de l'assurer"

Le gouvernement n'a pas été honnête avec les collectivités"

"Ça fait des semaines qu'on pressent les dysfonctionnements, franchement le gouvernement n'a pas montré une honnêteté avec les collectivités alors qu'il s'appuie sur nous", affirme Anne Vignot. Un comportement "assez insupportable", selon la maire de Besançon, alors que les collectivités sont, selon elle, "à la hauteur et font le job pour l'Etat"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess