Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : après les mauvais chiffres à Alès, tout faire pour éviter d'être déconfiné en dernier

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le coup de massue : Alès et son territoire affichent le plus mauvais résultat en taux d'incidence du Gard. Davantage de cas positifs qu'à Nîmes, alors que les collectivités se situaient précédemment en dessous de la moyenne départementale. En filigrane, la menace d'un déconfinement qui s'éloigne...

Les mauvais chiffres à Alès : "on ne parle plus que de cela".
Les mauvais chiffres à Alès : "on ne parle plus que de cela". © Radio France - Ludovic Labastrou

À Alès, on ne parle quasiment que de cela depuis que France Bleu Gard Lozère l'a évoqué : les mauvais chiffres du Covid-19 dans la capitale des Cévennes et Alès-Agglo (pour mémoire, des taux d'incidence de 547 et 525, largement au-dessus du Gard, à 395 cas pour 100.000 habitants). Une explication court en ville : "le relâchement des gestes barrières où les repas familiaux à plus de six personnes". Conséquence , la possibilité qu'Alès et Alès-Agglo ne soient pas les premiers servis en cas d'assouplissement progressif des mesures de freinage en cours depuis le 4 avril.

"Nous ne sommes pas sérieux, moi le premier."

Michel est avec ses amis près du marché de l'abbaye, haut lieu de rencontre matutinale des Alésiens. "Un café, une discussion à bâton rompu et pas trop de respect des gestes barrières". Il le reconnaît, "le beau temps, les amis qui manquent" mais promet-il, il "essaiera d'être plus sérieux". Une quinzaine de jours pour se ressaisir et "éviter de passer en dernier lors de la réouverture programmée mi-mai".

Le déconfinement ? On est mal parti.

Relâchement dans les gestes barrières via les repas de famille ?

"Promenez-vous dans le Gardon pour y voir des masques."

Serge Amblard ne décolère pas depuis qu'il a constaté les relâchements divers et variés à Alès. "Rien que dans le Gardon, parents, grands-parents, enfants, pas un masque" fulmine-t-il. Cet Alésien redoute en prime la conséquence : "Le déconfinement ? On risque de passer au travers".

Serge Amblard, ulcéré par l'incivisme de ses concitoyens.

Le marché de l'abbaye à Alès (Gard).
Le marché de l'abbaye à Alès (Gard). © Radio France - Ludovic Labastrou
Choix de la station

À venir dansDanssecondess