Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

INFOGRAPHIES - Coronavirus : après un mois de confinement, le point sur l'épidémie en Pays de la Loire

Un mois après le début du confinement en France, l'Agence régionale de santé dénombre ce jeudi 235 décès dans les hôpitaux de la région. France Bleu fait le point sur l'épidémie en Pays de la Loire.

Après un mois de confinement, France Bleu fait le point sur l'épidémie de coronavirus en Pays de la Loire (illustration).
Après un mois de confinement, France Bleu fait le point sur l'épidémie de coronavirus en Pays de la Loire (illustration). © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

La région Pays de la Loire reste un des territoires les moins touchés par l'épidémie de coronavirus en France. Ce jeudi, on dénombre 2.394 cas confirmés dans la région selon l'Agence régionale de santé. 235 patients sont décédés à l'hôpital depuis le début de l'épidémie, 170 dans les établissements médico-sociaux, notamment les Ehpad.

"Nos digues ont résisté à la vague", souligne l'ARS, mais "il est illusoire de penser que le virus est en vacances, il est encore partout". Il est donc toujours aussi important de respecter les mesures de confinement.

Le nombre de patients hospitalisés en Pays de la Loire.
Le nombre de patients hospitalisés en Pays de la Loire. © Radio France - Aurore Jarnoux

France Bleu revient sur l'évolution de la situation depuis le 17 mars dernier, et le début du confinement.

235 décès à l'hôpital au 16 avril

Le mois dernier, l'épidémie n'a pas démarré avec la même rapidité dans tous les départements ligériens. Si aujourd'hui tous ont dépassé le seuil épidémique, on trouve des disparités locales. La Sarthe et la Mayenne sont les territoires où l'on dénombre le plus grand nombre de cas et de décès proportionnellement au nombre d'habitants.

Une des explications avancées pour le moment par l'ARS est la pyramide des âges : "On trouve des taux de mortalité importants dans des territoires où il y a une part importante de personnes âgées".

Les personnes âgées sont en effet les plus touchées par le coronavirus. L'âge moyen des victimes est de 83 ans dans notre région. Depuis le début de l'épidémie, on ne compte, en Pays de la Loire, aucun décès d'une personne de moins de 40 ans.

Moins de patients en réanimation 

Ce jeudi 16 avril, 799 patients sont hospitalisés en Pays de la Loire, dont 136 ont été placés en réanimation. "La croissance marque le pas" selon l'Agence régionale de santé. En effet, on constate, "depuis une dizaine de jours", une diminution des nouvelles entrées dans ces services. 

Sur les 20 patients du Grand Est accueillis en Pays de la Loire fin mars, six sont toujours en réanimation. Les autres sont soit encore hospitalisés, soit guéris et ont pu rentrer chez eux. Sur les 55 malades arrivés d'Ile-de-France, 29 sont toujours dans les services de réanimation. 

Une amélioration qui se vérifie dans le nombre de cas confirmés en Pays de la Loire. Au 18 mars, l'augmentation journalière des cas était de l'ordre de "30%". Début avril, elle est descendue à 10% et ces derniers jours, on est autour des "5% de croissance d'un jour à l'autre", toujours d'après les chiffres de l'ARS.

Autre signe positif : le nombre de patients, guéris, qui peuvent rentrer chez eux, ne cessent de progresser en Pays de la Loire. 21 personnes sont sorties de l'hôpital le 26 mars, contre 68 le 15 avril.

Mais attention, si "la courbe s'arrondit" comme le précise le docteur Pierre Blaise, directeur du Projet régional de santé, il faut toujours rester prudent. "L'épidémie est en train de décroître mais c'est directement lié au confinement", rappelle le médecin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess