Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Au centre d'appels de Tauxigny en Indre-et-Loire, on a que trois gels hydro pour 800 salariés"

-
Par , France Bleu Touraine
Tauxigny, France

Les salariés d'Armatis, un centre d'appels basé à Tauxigny en Indre-et-Loire, sont inquiets. Ils estiment que la direction ne met en place des mesures barrières adéquates pour protéger le personnel. La Préfecture est avisée et promet des contrôles.

Le centre d'appels de Tauxigny emploie 800 salariés
Le centre d'appels de Tauxigny emploie 800 salariés © Radio France - Léo Tescher

Les salariés du centre d'appel Armatis à Tauxigny sont très inquiets. Après les annonces du président de la république lundi soir, les délégués syndicaux ont à plusieurs reprises sollicité leur direction pour savoir quelles dispositions étaient prises pour les protéger de la propagation du coronavirus. Hier encore, ils étaient 400 salariés présents sur les 800 qui travaillent pour Armatis. Ils travaillent sur de grands plateaux les uns à côté des autres pour répondre aux appels de clients de grandes entreprises comme la BNP ou encore Nespresso.

L'entreprise a une première fois été fermée par les gendarmes mardi matin, puis rouverte sur décision de la Préfecture car ce centre à une utilité publique et répond aux questions des clients d'EDF.

On n'a que trois distributeurs de gel hydroalcoolique pour 800 personnes - Alexis Gobet, délégué FO

Alexis Gobet le délégué Force Ouvrière comprend cette décision des autorités mais estime qu'Armatis ne met pas en place les mesures qui s'imposent pour protéger les salariés, les fameuses mesures barrières. "On a alerté mardi à 10h l'Inspection du Travail qui a envoyé un mail à l'entreprise pour mettre en place les mesures nécessaires. Nous avons  distributeurs de gel hydroalcoolique qui ont été installés dans les couloirs. Nous n'avons pas de lingettes pour nettoyer les claviers. Nous avons un tout petit stock de masques et ils sont réservés aux sauveteurs-secouristes". 

Selon ce délégué syndical, certains salariés pourraient faire jouer leur droit de retrait aujourd'hui. La Préfecture de son côté promet de contrôler ses conditions d'hygiène et de sécurité sur le site. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu