Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Aucun effet indésirable grave" depuis le début de la campagne de vaccination selon l'ANSM

-
Par , France Bleu

L'Agence de sécurité du médicament indique ce jeudi qu'aucun "effet indésirable grave" ou "inattendu" n'a été observé depuis le début de la campagne de vaccination contre le Covid-19 en France.

Une dose du vaccin Pfizer-BioNTech dans un Ehpad de Bobigny.
Une dose du vaccin Pfizer-BioNTech dans un Ehpad de Bobigny. © AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Après quatre jours de vaccination contre le coronavirus en France, "aucun effet indésirable grave" et/ou "inattendu" du vaccin n'a été observé, selon l'Agence de sécurité du médicament (ANSM) ce jeudi. "Dans le cadre du dispositif de surveillance renforcée des vaccins contre la Covid-19, l’ANSM (...) a suivi étroitement les premières vaccinations qui ont eu lieu en France avec le vaccin de Pfizer-BioNTech", explique l'agence, notant que "à ce jour, aucun cas n'a été déclaré dans la base nationale de pharmacovigilance".

Douleurs à l'endroit de l'injection et fatigue

Seules "des douleurs" à l'endroit où on fait l'injection et "de la fatigue" ont été signalées par certaines structures pour personnes âgées où la vaccination a déjà eu lieu, précise l'ANSM dans son premier point de situation sur la surveillance du vaccin. "Ces effets indésirables non graves sont mentionnés dans la notice" du vaccin, a-t-elle souligné.

L’ANSM dit être "également attentive aux remontées d’effets indésirables survenus dans les pays dans lesquels le vaccin" Pfizer-BioNTech est utilisé. L'agence va poursuivre sa surveillance renforcée "avec de nouveaux établissements qui débuteront les vaccinations à partir de la semaine prochaine". 

Depuis le début de la campagne de vaccination dimanche dernier, moins de 200 personnes en France ont reçu le vaccin. Ce lent démarrage a suscité critiques et incompréhension, l'Académie de médecine demande d'ailleurs ce jeudi au gouvernement d'accélérer le processus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess