Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : avec les personnes handicapées, "on tient bon"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Adaptez les gestes, protéger les pensionnaires et faire en sorte que la vie continue : c'est le quotidien en confinement d'un établissement qui accueille des personnes handicapées à Marly près de Metz.

L'E.P.D.A.H. Les Tournesols de Marly
L'E.P.D.A.H. Les Tournesols de Marly - Google Street View (capture d'écran)

Dans sa voix au bout du fil, il y a de l'optimisme et une farouche envie de surmonter une crise qui n'épargne personne, et surtout pas les plus fragiles. Laurent Spannagel dirige l’Etablissement Public Départemental pour Adultes Handicapés (EPDAH) les Tournesols à Marly, près de Metz. 

"La situation est plutôt contenue sur l’établissement de Marly à l’heure actuelle, il n'y a pas de cas confirmé" rassure-t-il d'emblée avec ce leitmotiv, "on tient bon, le personnel est mobilisé". Comme ailleurs, le confinement a totalement bouleversé le quotidien des pensionnaires et des employés de cette structure. Pour ces derniers, le métier a d'ailleurs considérablement changé. 

Appel au dons pour des masques et du gel hydroalcooliques

_"On accompagnait les personnes dans leur quotidien, leurs rapports, leurs besoins. On passe plus de temps à des tâches d’hygiènes et à des tâches de mobiliser des personnes pour trouver des équipements."  Du matériel, le nerf de la guerre face à cette épidémie de coronavirus dont il faut à tout prix empêcher la propagation : des masques chirurgicaux, du gel hydroalcoolique. Laurent Spannagel a vu arriver avec soulagement jeudi une première livraison de masques. "Jusqu'à présent, nous vivions sur nos stocks que nous constituons chaque hiver pour faire face à la grippe". Cette arrivée est bienvenue, en attendant une deuxième pour la semaine prochaine. Mais les dons sont également appréciés, tout comme le soutien moral, "c'est important aussi d'avoir des marques de sympathie au quotidien."_

Quotidien bouleversé

Pour les 150 professionnels qui travaillent, la situation est paradoxale confie le directeur de l'EPDAH. "Nos employés créent des liens étroits avec les pensionnaires, mais on se questionne aussi sur le fait de transmettre le virus. Mais ils sont heureux de travailler aussi, malgré les risques parce que ça les maintient en activité."

On tient, ce n’est pas un sprint, c’est un marathon

Et les pensionnaires ? Le confinement, les gestes barrières, l'éloignement... Des habitudes difficiles à faire accepter, à faire comprendre à certaines personnes handicapées. "On multiplie les possibilités d’avoir du lien avec les familles, par téléphone, par visioconférences. On a créé un  journal qu’on diffuse aux familles pour leur faire comprendre que la vie continue dans l’établissement. Elles sont tristes mais elles comprennent. Mais on tient, ce n’est pas un sprint, c’est un marathon" conclut Laurent Spannagel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu